AH, L’AMOUR!

 Dans Consommation

Nous venons de célébrer la Saint-Valentin, la fête de l’amour. Mais comme on ne peut vivre d’amour et d’eau claire, comme on disait jadis, il faut de l’argent et il faut bien le gérer.

AMOUR, FINANCES ET SÉPARATIONS

Parmi les causes potentielles de séparation des couples, on compte selon des sondages,

  • les dettes, 33% des Canadien.ne.s,
  • le manque d’honnêteté financière,71%,
  • la mauvaise gestion de l’argent ou des dépenses, 48%,
  • la différence de revenu, 13%.

 

AMOUR, FINANCES ET RÉUSSITE

Par contre, certains comportements ont bien des chances de vous mener à une relation durable et satisfaisante. Par exemple,

  • partager des habitudes et objectifs financiers, 85%,
  • discuter des finances avant de se lancer dans une relation sérieuse, 80%,
  • s’entendre sur l’épargne et les dépenses, 91%,
  • fixer des limites financières aux dépenses,81%,
  • refuser de fusionner les finances sans stabilité, 69%,
  • discuter régulièrement du budget et des objectifs d’épargne, 77%.

 

CHOSES À FAIRE OU À ÉVITER ABSOLUMENT

Si les finances sont si importantes dans la réussite de votre relation amoureuse et si vous n’êtes pas un.e expert.e en finances personnelles, vous devez en apprendre plus (augmenter votre littératie financière). Pour y arriver, un bon moyen est de trouver un bon conseiller, quelqu’un qui va vous fournir de l’information et répondre à vos questionnements et vos questions. Pas quelqu’un qui ne va que faire les (bonnes) choses pour vous, mais quelqu’un qui va aussi augmenter votre compétence.

  • Prendre la décision de prendre vous-même vos décisions, individuellement d’abord pour être apte à les prendre en couple ensuite. Les études démontrent que plus de filles ont tendance à laisser les gars prendre les décisions financières. Et si les gars ont plus tendance à le faire, il n’est pas certain qu’ils soient plus compétents. Vous devez aussi apprendre à poser des questions et si on n’est pas capable de vous répondre dans un langage que vous comprenez, reposez des questions et, éventuellement, changez de conseiller.
  • Pour contrôler vos finances, vous devez comprendre les bases du budget. Ensuite, passez à la pratique. Vous devez connaître vos revenus, vous devez établir vos objectifs d’épargne et de dépenses. Il reste un peu de mathématiques. Heureusement pour ceux et celles qui ont des difficultés, il existe des tableaux qui font les calculs. Je reviendrai bientôt, dans une série de billets, sur tous les aspects abordés dans ce billet, avec, entre autres, des tableaux.
  • Pour voir votre progression, il y a les bilans successifs (généralement annuels) qui vont vous dire si vous allez dans la bonne direction ou si vous devez corriger votre trajectoire. Ne vous fiez surtout pas à Crédit Karma. Il ne peut que vous dire si vous êtes trop endetté.e ou si on peut essayer de vous siphonner encore plus d’argent.
  • Les objectifs d’épargne et autres objectifs financiers devraient faire partie d’un plan écrit. Ce qui est écrit reste et vous pouvez le consulter sur une base régulière. Voyez si vous le respectez. Si ce n’est pas le cas, sachez pourquoi, trouvez des solutions ou corrigez-le si, par exemple, vous constatez qu’il est irréaliste.

 

GESTION DES FINANCES DU COUPLE

Vous vous êtes bien regardé.e.s et avez décidé de vivre ensemble. Vous abandonnez une résidence et vous partagez le coût de l’autre ainsi que les autres dépenses selon un des 3 modèles suivants.

  • Vous partagez toutes les dépenses moitié moitié. Pour certains, c’est ce qui semble le plus équitable. Et c’est vrai si vos revenus et votre bilan sont équivalents. Sinon, rien n’est moins sûr. Par exemple, une fois les dépenses payées, il en reste forcément moins pour l’un ou l’autre pour épargner. Donc, dans certains cas, mieux vaut faire autrement.
  • Vous contribuez aux dépenses au pro-rata de vos revenus. Vous gagnez 60% des revenus conjoints, vous absorberez 60% des dépenses. Cela permettra à la personne gagnant moins de pouvoir conserver une part raisonnable pour son épargne, la préparation de sa retraite et ses dépenses personnelles.
  • Vous mettez tous vos revenus en commun, faites le budget ensemble et décidez de ce qui va à l’épargne commune. Là, vous devez avoir une confiance absolue en votre partenaire, pour maintenant et pour plusieurs années à venir. Ou alors, vous devriez établir les règles dans un contrat de mariage ou de vie commune. Décidez de ce qui va dans les avoirs communs et aussi ce qui va dans les avoirs de chacun.e. Décidez aussi de ce qui va arriver (et comment) en cas de séparation ou divorce, mais aussi en cas de décès. Ce contrat est signé pour de bon alors que le testament peut changer en tout temps avec une seule signature.

 

CONCLUSION

Peu importe comment vous choisirez de vivre votre amour, je dirais qu’il vaut mieux un excès de prudence que des regrets pour s’être fait flouer.

Ainsi, le compte conjoint

  • ne devrait servir que pour les dépenses communes à court terme,
  • devrait requérir les signatures des deux conjoint.e.s, ce qui assurerait que l’autre conjoint ne pourrait se servir de l’argent à des fins non prévues.

Il faut savoir que le décès de l’un.e ou l’autre entraîne le gel du compte jusqu’au règlement de la succession. Il est donc important de vous faire verser vos revenus dans un compte individuel avant de le transférer. Dans ce compte, vous devriez établir votre coussin de sécurité pour une période suffisante pour couvrir les dépenses essentielles.

Une assurance vie au dernier survivant (bénéficiaire irrévocable si mariés) permettrait de rendre la période de succession plus facile.

Vous avez des questions ou voulez passer à l’action,

450 774 4584

poitras@cgocable.ca

 

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire