ASSURANCE VIE POUR ENFANT

 Dans Assurances

enfant atteint de cancer

 

AVERTISSEMENT : ne pas assurer la vie de votre enfant ne l’empêchera pas de mourir.

Excusez le ton dramatique, mais ça ne vise qu’à attirer votre attention. Je vous ai parlé d’assurance maladies graves pour enfants en 2015 http://lebloguefinancier.com/assurance-maladies-graves-pour-enfants/. Il est bien temps d’aborder l’assurance vie.

LES OBJECTIONS :

  1. Les taux de mortalité infantile sont très bas.
  2. Je n’ai pas les moyens.
  3. Il s’en prendra une quand il aura les moyens de payer.

Oui, vous avez raison. Le taux de mortalité est très bas : moins de 0,5% entre zéro et un an puis ça chute fortement pour remonter graduellement vers près de 0,25% à 20 ans.

Et puis. Si votre enfant meurt, est-ce que ça va vous faire moins de peine? 100% vont répondre non. C’est terrible; la perte d’un enfant, c’est une catastrophe. Pas une catastrophe financière que l’argent de l’assurance peut arranger. Non, une catastrophe psychologique qui demande du temps, beaucoup de temps, mais que l’argent peut amoindrir avec l’aide d’un(e) professionnel(le). L’argent peut vous permettre de prendre du temps, congé du travail, vacances, aide ménagère (si le grand ménage n’est pas votre thérapie).  L’argent va vous permettre de payer aussi pour les funérailles; comme travailleur (euse), la RRQ octroie un montant en cas de décès, mais pas pour un enfant.

Vous n’avez pas les moyens, me dites-vous? Mais vous avez bien les moyens pour votre assurance auto, qui coûte bien plus, ou celle de la maison. Une assurance-vie individuelle de 100000$ pour un enfant naissant coûte moins de 18$/mois pour un gars et moins de 15$ pour une fille.

Votre assurance auto vous coûte trop cher? Oui, bien sûr; l’annonce à la TV le dit. La loi vous force à en prendre une pour les dommages aux biens des autres en plus de ce que la SAAQ vous ajoute pour les dommages aux personnes. Et votre assurance de logement, c’est trop cher? Et pourtant, vous payez pour assurer des biens matériels. Alors, vos enfants?

AUTRES AVANTAGES :

  1. Garantie d’assurabilité: nos chers bébés seront des anges toute leur vie … ou pas. On en entend des cas, malheureusement, à tous les mois et, souvent, plusieurs fois par mois : décès, fugues, overdoses non mortelles, petits crimes pour se procurer de la drogue, etc.. D’autres, heureusement, pratiquent des sports, parfois extrêmes qui pourraient tout autant restreindre leur capacité à contracter une assurance vie. En leur achetant une assurance avant tout trouble indiqué ci-haut ou maladie grave, vous sécurisez leur capacité d’avoir une assurance et, même, de l’augmenter sans examen.
  2. Avenant familial : si vous assurez la vie de vos enfants avec la vôtre, au moyen d’un avenant familial, cela vous assure, avant même qu’ils soient nés ou conçus, que vous éviterez tout trouble éventuel quant à leur assurabilité. Vous pourrez par la suite les détacher de votre assurance. Ça coûte environ 5$/mois.
  3. Police individuelle : Il est aussi possible de prendre une police d’assurance individuelle pour un enfant né et en bonne santé.

Pour trouver ce qui vous convient le mieux, faites appel à un conseiller en sécurité financière, inscrit auprès de l’AMF (pour vérifier https://lautorite.qc.ca/grand-public/registres/registre-des-entreprises-et-des-individus-autorises-a-exercer/). Contactez-moi. Nous analyserons vos besoins financiers (ABF) tel que requis. Je vous ferai une ou des propositions pour y répondre en fonction de votre capacité de payer.

Largement inspiré d’un texte de Bernard Viau dans Conseiller.ca.

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire