Conseils financiers aux X et aux Y

 Dans Épargne

Conseils financiers aux X et aux Y

           

La semaine passée, semaine des aînés, je leur ai consacré un billet. A ma connaissance, il n’y a pas de semaine des X ni de semaine des Y. Je vais quand même me commettre à vous consacrer un billet. Heureusement, je le publie sur mon site web, ce qui le qualifie davantage à vos yeux, si on se fie aux catégorisations.

Ce que je peux dire, n’est pas différent, en soi, peu importe l’âge, mais l’âge influence plusieurs choses, par exemple, les objectifs qui vous parlent le plus. Donc, vous pouvez envisager plusieurs objectifs à la fois, mais ils n’ont pas tous le même intérêt ni la même urgence. Vous devez donc établir un plan pour chacun (études, mariage, maison, auto, voyage, etc.) et l’inclure dans votre grand plan général. Pour en jaser, contactez-moi.

Aujourd’hui, j’aborde un sujet que plusieurs de vous repoussez vu que c’est un objectif lointain : la retraite. Les sondages démontrent que la grande majorité d’entre vous croyez que votre retraite sera meilleure que votre train de vie actuel. Le même sondage dit que ce pourcentage diminue à mesure que vous vieillissez. La raison : vous tardez à la préparer. Vous vous fiez au gouvernement, à un héritage ou même à votre maison. Vous prenez un très gros risque.

  • Compte tenu de l’état des finances publiques et des habitudes des gouvernements, voulez-vous vraiment leur confier cette tâche?
  • Un héritage? Est-ce que vos parents sont suffisamment riches pour que, une fois leur retraite terminée, leur fortune soit assez grande pour assurer la vôtre … et celle de vos frères et sœurs? Et qu’est-ce qui vous dit que vous hériterez et, si oui, d’autant que vous souhaiteriez?
  • Allez-vous vendre votre maison à 65, 70, 80 ou 90 ans pour financer votre vie en maison de retraite? Si vous êtes encore en bonne santé, préférerez-vous continuer à y vivre? Alors, comment financerez-vous votre retraite?

Quels sont les facteurs qui influencent votre comportement … et votre réussite?

  1. L’encouragement des parents : évidemment, quand vous étiez jeunes. Si vous avez été encouragé à l’épargne, vous avez plus de chance de considérer l’épargne comme une habitude souhaitable. Donc, si vous êtes devenus des parents, pensez-y.
  2. La crise de 2008 : si vous l’avez vécue comme enfant, il se peut qu’elle ne vous ait pas trop marquée. Mais si vous travailliez, que vous avez perdu votre emploi, surtout en début de carrière, que vous aviez engagé des dépenses importantes ou après avoir investi et avoir été frappé par la chute de la Bourse, vous pouvez en ressentir encore les effets.
  3. Un de ces effets, au niveau de votre épargne, peut être une prudence excessive. Je vous invite à lire http://lebloguefinancier.com/penser-retraite-partie-2/. Si vos placements sont trop conservateurs, la règle du 72 va vous éclairer.
  4. Par contre, plusieurs de ceux qui n’ont pas vécu la crise de 2008 se sont lancés dans le placement autonome. Les chiffres sont élevés et vont grimper encore si on en croit les sondages. Mais il y a un prix à payer pour éviter les commissions http://lebloguefinancier.com/eliminer-son-conseiller/ et http://lebloguefinancier.com/frais-de-gestion-2-ce-que-vous-obtenez/. Et si vous n’investissez que dans les fonds indiciels ou les FNB pour éviter les frais, il vous faut savoir que quand la Bourse va baisser, et elle va finir par baisser, vos placements vont baisser au moins d’autant. Non, vous n’êtes probablement pas un génie et, là, vous manifestez une confiance excessive. Un bon conseiller va réduire la volatilité et, même, trouver des taux de capture à la baisse bas, très bas ou même négatifs.
  5. En fonction de votre âge et de l’âge auquel vous voulez prendre votre retraite, en fonction du style de vie que vous désirez, le programme que vous allez devoir adopter va varier grandement. Par exemple, vous commencez à 20 ans à accumuler 1000000$ pour votre retraite à 65 ans; à 6% de rendement, vous avez besoin de 4500$/an, compte non tenu de l’impôt. Cela vous donnerait un revenu annuel de 60000$, sans épuiser le capital. Pour obtenir le même résultat, au même taux, mais en commençant à 40 ans : si je mets 9000$/an, je devrai attendre l’âge de 75 ans; si je veux toujours 65 ans, je devrai mettre plus de 17000$/an. Et si je commence à 50 ans, je dois mettre près de 44000$/an; c’est presque tout mon revenu net.
  6. Donc, je dois commencer tôt. Et je ne dois pas sauter d’année(s), surtout pas celles du début, si possible. Je dois faire preuve de la plus grande discipline. Oui, mais si je suis malade? Alors, il vaudrait mieux avoir une assurance invalidité ou une assurance maladie grave, peut-être même une assurance de soins de longue durée si je dois prendre ma retraite prématurément pour raison de santé. Et si je perds mon emploi? Une assurance dettes couvrirait mes paiements. Toutes ces assurances ont un coût. Vaut mieux avoir un plan bien détaillé.

Voilà pourquoi un conseiller est nécessaire. Une règle comme « il faut épargner 17,5% de son revenu pour la retraite » ne veut absolument rien dire. Il faut regarder votre situation, maintenant et en fonction de vos objectifs, tous vos objectifs, pas juste la retraite. Et il faut revoir et ajuster votre plan chaque année, de préférence. Contactez-moi. Et lisez plusieurs de mes billets: http://lebloguefinancier.com/generation-x-et-generation-y/http://lebloguefinancier.com/la-generation-y/ et http://lebloguefinancier.com/leducation-financiere/. Pour les assurances: http://lebloguefinancier.com/assurance-invalidite/http://lebloguefinancier.com/de-lassurance-maladies-graves-amg-pour-quoi-faire/http://lebloguefinancier.com/assurance-de-soins-de-longue-duree/ et http://lebloguefinancier.com/assurer-ses-dettes-veritablement/.

Billets recommandés

Laissez un commentaire