CYCLE BOURSIER: CHUTE ET REMONTÉE

 Dans Placements

La fin de l’année a été éprouvante pour l’investisseur moyen, celui qui vit son cycle émotionnel en conformité avec le cycle boursier; les bas et les hauts du dernier sont vécus de la même manière par le premier.

 

 

En décembre, vous vous êtes peut-être retrouvé vers le bas de la descente :

  • « Mais à quoi bon s’il ne reste plus d’argent » ou plus bas,
  • « J’en ai assez » ou même
  • « Ça y est, c’est foutu! »

Sinon, bravo! Vous avez intégré le « J’allais oublier : l’objectif c’est le succès à long terme » et vous n’êtes pas descendu plus bas, même si vous avez ressenti des craintes. Mieux : vous savez que les baisses font partie du cycle normal de l’investissement et que c’est même bon puisque ça offre des occasions d’achat à plus bas prix.

De combien le marché a-t-il reculé?

 

 

Ce tableau vous montre les baisses des diverses bourses pour décembre 2018 et pour l’année entière.

  1. Toutes ces Bourses ont reculé, mais
  2. si on enlève la baisse de décembre, le recul est moins impressionnant et, mieux, les bourses américaines auraient terminé positivement.

Quelles sont les recommandations que nous vous faisons quand la Bourse recule fortement ou longtemps? Essentiellement

  1. Si vous n’avez pas besoin de cet argent, ne vendez pas. Si vous vendez (alors que vous auriez bénéficié d’un coussin de sécurité),
    1. vous concrétisez votre perte; ce n’est plus théorique, ça devient réel.
    2. Vous alimentez la baisse (offre augmentée sans demande équivalente) et vous aurez une prophétie autoréalisatrice.
  2. Prenez patience, ça va remonter.
  3. Relativisez la baisse: de combien la Bourse a-t-elle baissé par rapport à sa dernière remontée : 10%, 20%, 50%, 100%, plus?
  4. Est-ce que ça compromet votre plan, votre stratégie? Si oui, ajustez, sinon, ne changez rien.
  5. Vous pouvez en profiter pour
    1. rééquilibrer votre portefeuille et
    2. revoir votre répartition d’actif et même
    3. votre tolérance au risque.
  6. Si vous avez des liquidités, vous pouvez en profiter pour acheter (à bas prix pour revendre plus tard avec profit).

 

 

PS – Un avantage à tirer d’une baisse en fin d’année suivie d’un rebond au début de la suivante : demandez rapidement le retrait du montant minimum de votre FERR, par exemple, pour contribuer à votre CÉLI, si vous avez l’espace voulu. Votre contribution prendra moins de vos cotisations inutilisées et vous donnera un rendement exceptionnel. Économie d’impôt.

Pour vérifier que vos finances sont en bon ordre pour répondre à vos besoins dans les fluctuations de marché, n’hésitez pas à me contacter.

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire