LA DIVERSIFICATION, C’EST QUOI?

 Dans Placements

La diversification, c’est la répartition de son argent dans diverses classes d’actif. C’est l’utilisation du concept « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ».

Les grandes classes d’actif financier comprennent, en gros,

  • les liquidités: argent liquide et ce qui peut vous en procurer rapidement, compte bancaire, par exemple;
  • les titres de revenu: les CPG (certificats de placement garanti ou dépôts à terme), les obligations d’état ou de sociétés;
  • les titres de propriété: les actions, qu’on peut regrouper de différentes façons.

À l’intérieur de chacune de ces grandes classes, vous trouvez plusieurs sous-classes.

  • Par exemple, pour les liquidités, vous savez qu’il y a différents types de comptes bancaires, dont le compte chèque, les comptes d’épargne, des comptes commerciaux, etc.. Vous avez aussi des comptes de devises étrangères : dollar américain, euro, yen, etc..
  • Pour les titres de revenu, Morningstar compte 11 groupes dont actions privilégiées à revenu fixe, prêts à taux variables, revenu fixe canadien à long terme, revenu fixe des marchés émergents et revenu fixe de sociétés mondiales.
  • Pour les titres de propriété, les actions, il y a plusieurs façons de les regrouper.
    1. Géographie: Canada, États-Unis, Europe, marchés émergents, monde, etc..
    2. Taille: très grandes, grandes, moyennes, petites, micro entreprises.
    3. Gestion indicielle ou active et, dans ce cas, de style valeur, mixte, croissance ou momentum, par exemple.
    4. Titres individuels ou regroupés en fonds communs, fonds distincts ou FNB.

Donc, c’est comme un restaurant chinois qui vous offre des plats tout garnis ou d’autres que vous composez seul ou avec l’aide de votre représentant ou courtier. Vous avez aussi des produits qui font ces regroupements pour vous, les fonds équilibrés, par exemple.

Il est donc facile de se perdre, de ne pas savoir quoi prendre ni combien en prendre. Une des premières études sur le sujet a valu à Harry Markowitz le prix Nobel d’économie. Elle porte sur la théorie moderne de portefeuille. Les interprétations diffèrent, mais, en gros, il faut diversifier. Jusqu’à quel point? Si je n’erre pas (et si j’erre, je n’erre pas tant que ça), le nombre de titres à partir duquel la diversification ne diminue pas le risque de façon significative est 12. Cependant, que les fonds aient peu de titres, de 25 à 50, ou beaucoup, plusieurs centaines, il ne semble pas y avoir de corrélation entre le nombre de titres et, disons, le rang centile du rendement du fonds dans sa catégorie.

Puisqu’on parle de corrélation, un fonds géré activement devrait présenter une corrélation plus faible face à son indice, par définition, qu’un fonds indiciel. En principe, également, ce fonds devrait avoir une volatilité (qu’on associe souvent au risque) plus faible. C’est le but recherché par la diversification. Il existe un outil pour comparer : la matrice de corrélation.

Pour rephraser les explications en bas de page, je dirais :

  • la relation entre (ici) deux fonds varie entre +1 et -1;
  • une corrélation positive (je dirais « directe ») indique que quand un fonds augmente, l’autre augmente aussi;
  • une corrélation négative (je dirais « inverse ») indique que quand un fonds augmente, l’autre diminue;
  • plus on se rapproche de zéro, plus cette relation est faible et plus on s’en éloigne, plus elle est forte.

 

 

Pour faciliter la compréhension, je n’ai pris que 3 fonds : un fonds d’obligations, un fonds d’actions et un fonds équilibré. La corrélation du fonds d’obligations est plus grande avec le fonds équilibré qui comporte des obligations qu’avec le fonds d’actions qui n’en a pas, évidemment.

 

 

Dans cette matrice, pour laquelle j’ai choisi 16 fonds, nous avons des corrélations positives, fortes et modérées, des absences de corrélation (soit faiblement positives ou négatives) et modérément négatives.

Le fonds de métaux précieux, numéro 4, n’est pas corrélé ou négativement corrélé avec la majorité des fonds. Les fonds les plus fortement corrélés sont des fonds d’actions généraux. Amusez-vous à trouver la cause de ces relations fortes ou faibles.

 

 

J’ai choisi ici 8 fonds d’actions américaines non indiciels. Le niveau de corrélation est très grand. Sur les 28 corrélations existantes, seulement 2 sont modérées. Les autres sont toutes fortes avec un maximum à 0,98. Autrement dit, même si vous avez 8 fonds différents, ils ne sont pas vraiment différents. Vous n’avez pas de diversification. À moins que je ne me trompe, c’était bien l’objectif recherché.

 

 

Comme vous pouvez le constater dans ce graphique, ce ne sont pas toujours les mêmes classes d’actif qui occupent les premiers rangs. Il est donc de première importance d’être bien diversifié, toujours en fonction de

  • votre tolérance au risque, de
  • vos objectifs et de
  • votre (vos) horizon(s) temporel(s).

 

Pour savoir si votre portefeuille est vraiment diversifié, contactez-moi.

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire