ENDETTEMENT (le régler en 5 étapes)

 Dans Consommation

 

Selon un sondage BMO, l’endettement vous stresse. Il vous fait honte, vous empêche de dormir ou de profiter d’activités. Il provoque même des disputes avec les amis et la famille. J’ajouterais que c’est une cause majeure de séparation des couples. La dette moyenne serait de 76140$ et vous y ajouteriez, 19534$ dans la prochaine année, pour vous mener à 95674$. Mais, pas de problème, vous prévoyez rembourser le tout en 7 ans, soit 13668$ par an.

Êtes-vous sérieux? Et vous pensez être libérés avant l’âge de 53 ans. En fait, selon un sondage CIBC, un tiers des 55-64 ans n’ont pas de dette. Chez les autres l’endettement augmente. Ces dettes sont dans les marges de crédit pour 40%, les hypothèques pour 32%, dans les cartes de crédit pour 29% et dans les prêts auto pour 25%. Seulement 16% d’entre eux ont un conseiller.

Selon un autre sondage BMO, 81% disent avoir un plan de désendettement, mais 36% seulement un plan détaillé (nous verrons cela ci-dessous). Si on excepte le prêt hypothécaire, 82% de ceux qui ont un plan détaillé prévoient n’avoir plus de dette en 5 ans, contre 71% de ceux qui ont un plan sommaire et 53% de ceux qui n’en ont pas. Avez-vous un plan détaillé, ou est-ce votre institution, dans les cas de prêt hypothécaire, auto ou personnel? Elle vous place dans un programme de remboursement parce qu’elle sait que la nature humaine est faible. Si vous avez des dettes de carte de crédit ou de marge de crédit, selon quel plan prévoyez-vous les diminuer et éviter qu’elles augmentent?

Je parlerai de surendettement dans un autre billet. Pour l’endettement, un canevas de plan en cinq étapes.

  1. Acceptation
  2. Décision
  3. Attaque contre vos dettes
  4. Installation d’un budget
  5. Recommencement

1- Acceptation 

Si vous voulez régler un problème d’endettement, vous devez d’abord reconnaître que vous avez un problème. Comme pour n’importe quel problème d’ailleurs, si vous ne le reconnaissez pas, vous ne voulez pas changer la situation. Comme pour les AA, vous ne pouvez rien pour vous et personne ne peut rien pour vous tant que vous n’avez pas passé cette première étape. Quand c’est fait, passez à l’étape 2.

2- Décision

Vous reconnaissez maintenant votre problème et vous décidez de mettre tous les efforts, toute la discipline, toute la constance nécessaires pour effacer vos dettes ou, au moins, les réduire à un niveau acceptable (c’est un objectif valable : l’endettement est un outil très utile lorsque contrôlé, vous pouvez m’en parler). Vous pouvez le faire seul, mais vous avez beaucoup plus de chance de réussir avec de l’aide. Dans toutes les régions, il y a des organismes comme les ACEF qui peuvent vous aider.

C’est aussi le rôle d’un bon conseiller financier. Qu’a-t-il à y gagner? Si vous êtes endetté et que vous dettes augmentent, ce n’est probablement pas parce que vous augmentez vos placements. Mais s’il vous aide à vous libérer du fardeau de vos dettes, vous aurez de l’argent à investir pour votre avenir. Vous lui serez reconnaissant et vous ferez affaires avec lui. Sinon, ce sera à mettre au compte de ses bonnes actions. Alors, contactez-moi là, drette-là, si vous êtes motivé.

3- Attaque contre vos dettes

Vous devez d’abord en faire la liste complète :

  • prêteur (banque X, caisse Y, etc.)
  • objet du prêt (maison, auto, études, voyage, meubles, rénovations, etc.)
  • date initiale du prêt
  • montant initial
  • taux d’intérêt
  • fréquence et montant du remboursement obligatoire (si ce l’est)
  • solde
  • échéance (s’il y en a une)

Vous devez ensuite additionner le solde de tous vos prêts ainsi que tous vos paiements, sur une base mensuelle, par exemple.Certains prêteurs, ceux pour lesquels vous n’avez cédé aucune garantie, les émetteurs de cartes de crédit, par exemple, peuvent accepter de diminuer votre solde. Par exemple si ça fait quelques mois que vous ne payez même pas votre montant minimum et qu’ils peuvent constater que vous êtes en défaut de paiement avec d’autres prêteurs aussi, ils accepteront probablement une offre de règlement pour la moitié (plus ou moins, à vous de négocier) si vous pouvez payer comptant. Ce comptant pourrait venir d’une consolidation de certaines dettes. Vous pouvez aussi négocier un allongement de la période de paiement. Dans ce cas, vous ne bénéficiez pas d’une réduction de la dette, mais vous diminuez le montant à y consacrer chaque mois. Le hic, c’est que le total des intérêts sera plus élevé, mais vous aurez pu souffler un peu mieux entre temps.

 

 

4- Installation d’un budget (ou révision selon le cas)

Vous n’avez pas de budget ou, si vous en avez un, ça ne fonctionne pas, peu importe la ou les raisons. Si vous en avez un, on ne part pas de zéro, mais il faut tout revoir. Il faut donc faire une liste complète (encore une) de tous vos revenus, mais surtout de toutes vos dépenses. J’ai deux tableaux à vous proposer. Contactez-moi, je vous enverrai celui que vous voulez.

  • L’un est plus détaillé et précise les dépenses par mois. Ça peut être utile parce que certaines dépenses varient : taxes, assurances, achats pour la rentrée scolaire, cadeaux de Noël, etc.
  • L’autre est un peu moins détaillé. Son avantage réside dans le fait que vous n’avez pas à vous préoccuper de savoir si la dépense est faite chaque semaine, chaque mois ou une fois par an. Vous l’entrez dans la bonne colonne et le calcul annuel se fait tout seul. Deuxième avantage : quand vous voyez le total annuel, vous risquez de faire une prise de conscience qui va vous causer un choc. Par exemple, une dépense, quelle qu’elle soit, de 50$ par semaine représente 2600$ à la fin de l’année et ainsi de suite.

Une fois toutes vos dépenses connues et soustraites de tous vos revenus, vous obtenez soit un surplus qu’on appelle « épargne » que vous pouvez investir dans toutes sortes de moyens (compte de banque, CPG, fonds mutuels, actions, obligations, immeubles, entreprises), soit un déficit que vous devez financer au moyen de dette ou en pigeant dans vos épargnes si vous en avez.

Pour pousser plus loin, vous devriez reprendre toutes vos dépenses, pas juste leur regroupement, et les trier en trois catégories :

  • : dépenses nécessaires
  • : dépenses intéressantes
  • : dépenses « le fun ».

Pour les dépenses C, vous devriez les éliminer au moins pour un temps. Vous aurez plus de fun, serez moins stressé, plus capable de dormir et de fredonner parce que moins endetté plutôt qu’à tenter de vous satisfaire avec de la surconsommation ou par des achats compulsifs (si c’est votre cas, faites donc comme en 1- et consultez; il existe aussi des groupes de soutien pour ça).

Si vous êtes en surplus, vous pouvez regarder les dépenses B et considérer celles que vous voulez vraiment garder. Vous devriez aussi considérer de prendre du surplus pour réduire vos dettes en commençant, si possible, par les dettes dont le taux d’intérêts est le plus haut. Est-ce que vous allez prendre tout le surplus pour réduire vos dettes le plus possible et le plus vite possible? Est-ce que vous allez en prendre une partie du surplus pour vous donner une vie « moins désagréable »? Est-ce que vous allez en consacrer une partie, dès maintenant ou plus tard, pour commencer à épargner? Mais oui, j’y reviendrai.

Refaites un premier calcul en ne conservant que les dépenses A. Alors, surplus ou déficit? Si vous êtes encore en déficit, vous devez chercher à augmenter vos revenus (vente de matériel en trop, deuxième travail ou travail plus payant, aide sociale, etc.) ou à réduire ces dépenses (banque alimentaire, loyer moins cher, auto moins chère ou transport en commun, apporter son lunch, son café, etc.).

5- Recommencement

Vous refaites alors un nouveau budget et vous le mettez en application pendant un certain temps. L’expérience va vous mener à recommencer en

  1. si vous avez abandonné, en vous disant que vous pouviez le faire seul; en
  2. si vous avez flanché et que vous n’avez pas réglé votre problème ou si peu; en
  3. si vous constatez que, même en respectant votre budget, le changement est trop minime; en
  4. si votre budget était incomplet ou que des choses que vous estimiez nécessaires ne le sont pas tant que ça et que vous devrez couper davantage.

Ce travail est une roue qui tourne. Vous devez toujours recommencer. Si vous êtes discipliné, vous le ferez régulièrement. Pour vous en assurer, mettez donc ça à votre agenda tous les mois (ou plus souvent) au début, puis toutes les années (ou plus souvent) au fur et à mesure que vous contrôlerez mieux la situation. Bonne chance.

450 774 4584

poitras@cgocable.ca  

Billets recommandés

Laissez un commentaire