INVALIDITÉ : COURT TERME? LONG TERME?

 Dans Assurances

 

Dernièrement, je jasais de quelqu’un qui est en arrêt de travail pour cause de maladie : mal de dos que même de fortes doses d’opioïdes ne parviennent pas à soulager. Bref, ça fait quelques mois et on ne prévoit pas de retour au travail pour bientôt. Vous connaissez probablement quelqu’un qui vit quelque chose de semblable.

À la question : « Combien de temps pourras-tu continuer de recevoir ton allocation d’invalidité? », la réponse, dans son cas, est : « Au total deux ans. ». Et puis après? Après? Rien.

Si c’est prévu, vous pouvez prendre un congé sans solde dans l’espoir de revenir. Sinon, rien sauf l’aide sociale à moins de tomber sous une des catégories indiquées https://www.retraitequebec.gouv.qc.ca/fr/nous-joindre/Pages/nous-joindre.aspx. Souvent, vous n’aurez droit à rien si votre invalidité n’est pas « totale et permanente ». Autrement dit, si vous pouvez faire quelque travail que ce soit, vous n’y avez pas droit. Si votre invalidité peut prendre fin un jour, vous n’y avez pas droit.

Je me souviens que, dans ma vie antérieure, notre convention collective prévoyait de l’assurance invalidité que j’avais prise sans trop savoir ce qui était couvert, juste parce que ça semblait une bonne idée et que ça faisait partie des avantages sociaux. Quelques années plus tard, les coûts avaient considérablement augmenté. Si les primes sont payées par l’employeur, vos prestations (souvent 70% du salaire) sont totalement imposables. Si vous les payez, elles ne le sont pas, ce qui fait que votre paie nette ne s’en ressent presque pas. Donc, nous avons décidé de payer nos primes. Mais, l’offre détaillait clairement une protection à court terme, de 0 à 24 mois, et une protection à long terme, après 24 mois.

Plusieurs ont choisi le court terme, mais pas le long terme. Personne ne prévoit être malade des années quand nous sommes pétants de santé. Personne ne prévoit avoir un accident grave. Mais, ça arrive. Je vous ai déjà décrit comme étant la machine à imprimer de l’argent. Ça demeure vrai tant que la machine est en état d’opérer. Et votre invalidité peut durer plus de 2 ans. Si vous êtes déjà couvert pour 2 ans et qu’on n’offre pas plus, il vous revient de couvrir l’après, donc de prendre une assurance avec un délai de carence de 2 ans, ce qui rend cette assurance beaucoup moins coûteuse.

Quoi d’autre influence la prime? Au premier chef, votre occupation qui détermine votre « classe professionnelle ».

 

Plus votre travail est risqué physiquement, plus votre classe est basse, si toutefois vous n’êtes pas exclu d’emblée. D’autres raisons peuvent vous exclure : artiste, par exemple. D’autres facteurs : âge, sexe, tabagisme, revenu actuel et couverture désirée selon le montant et la durée, exonération des primes en cas d’invalidité, travail autonome, assurance emploi, CNESST. Est-ce que vous voulez couvrir une invalidité partielle ou une vous empêchant de pratiquer votre profession habituelle? Voulez-vous une indexation, une couverture des frais d’hospitalisation, le remboursement des primes si vous n’avez pas eu à recevoir de prestations (on parle ici de 50% plus cher environ)?

Pour en discuter, remplissez le questionnaire ci-dessous. Ça me permettra, après discussion avec vous, de bien établir vos besoins et votre capacité de couvrir les risques que vous ressentez.

 

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire