LA NÉCESSITÉ DE L’ASSURANCE VOYAGE OU LE CAS DE MICHEL MALO (QUI ÇA?)

 Dans Assurances

LA NÉCESSITÉ DE L’ASSURANCE VOYAGE OU LE CAS DE MICHEL MALO (QUI ÇA?)

http://fr.canoe.ca/voyages/nouvelles/archives/2016/03/20160307-160230.html

Avec ce lien, vous pouvez lire l’histoire; vous l’avez peut-être vue aux nouvelles de TVA. En résumé, lui et son épouse sont en auto et arrêtent pour demander un renseignement. On lui demande son argent, il dit qu’il n’en a pas, se fait pointer un revolver et tirer derrière l’oreille. La balle sort par la joue du même côté. Il faut le transporter à l’hôpital… par hélicoptère, une distance d’environ 60 milles.

 

Je vous ai déjà conté un cas semblable relaté par un représentant http://lebloguefinancier.com/bye-bye-les-snowbirds/. Le voyage coûtait 1000$US le mille. C’était peut-être moins dans ce cas, mais certainement pas moins de 500$ multiplié par 60 : cela fait au moins 30000$US, donc près de 43000$ à 0,70 cents canadiens pour un dollar américain.

Séjour à l’hôpital, opération chirurgicale, etc., la facture totale avoisine les 100000$, canadiens ou américains, l’article ne le dit pas. C’est beaucoup d’argent. Il a pris un avocat bien connu et tente de se faire rembourser par la SAAQ. Mon idée c’est que comme ses blessures ne résultent pas d’un accident automobile mais d’une agression, le seul qui va faire de l’argent, là-dedans, c’est l’avocat.

Le même résultat aurait pu être obtenu à pied et, dans ce cas, on ne pense pas à un remboursement par la SAAQ. Ça aurait pu être un accident … vasculaire cérébral ou quoi que ce soit, le bonhomme n’était pas assuré. Autre question qu’on peut se poser. L’assurance automobile nous couvre pour les dommages subis par les personnes ou leur décès dans un accident automobile, au Québec. Quand vous sortez, cette assurance pour les personnes autres n’existe plus https://saaq.gouv.qc.ca/accident-route/en-cas-daccident-hors-du-quebec/. J’espère que m. Malo était couvert à cette fin car un accident automobile peut arriver hors-Québec.

Le but de l’assurance, quelle qu’elle soit, est de nous prémunir des conséquences financières découlant d’un événement. Un grand principe, en assurance, est que la survenance de l’événement doit être incertaine. Mais elle peut arriver : pas à tout le monde, pas tout le temps. Si vous êtes bien assuré (attention à ce gros « si »), la compagnie d’assurance vous indemnisera selon le contrat. Par exemple, m. Malo aurait eu une assurance de 50000$, on lui aurait versé 50000$. Avec une assurance de 100000$, on aurait pu lui verser jusqu’à 100000$. Avec une couverture de 200000$, tout aurait été payé, dans ce cas-ci. Il faut savoir que doubler votre montant de couverture ne double pas votre prime. En effet, les frais administratifs sont les mêmes et la possibilité de débourser le double est probablement bien plus faible; donc le risque n’est pas deux fois plus grand pour la compagnie.

Dans le cas de l’assurance-voyage, il existe plusieurs protections sur le marché, dont certaines sont offertes par les cartes de crédit. Renseignez-vous bien sur ce qui est couvert et qui est indiqué dans les petits caractères que la plupart ne lit pas. Si vous faites affaire avec un conseiller en sécurité financière, il examinera vos besoins, vos conditions et vous fera une ou plusieurs propositions pour y répondre. Chez Groupe financier Horizons, nous transigeons avec six compagnies: Croix-Bleue, RSA, Tour-Med, Manuvie, TIPS, TuGo. Donc, nos spécialistes sont en mesure de tailler sur mesure la police la plus avantageuse pour vous, que ce soit pour un voyage, plusieurs voyages, de courte ou de longue durée, que vous soyez déjà malade ou non.

Contactez-moi.

Billets recommandés

Laissez un commentaire