LA SAISON DES CÉLI

 Dans Épargne, Régimes enregistrés

 

Le mois dernier, j’ai parlé des REÉR dans un billet. Je faisais quelques comparaisons avec le CÉLI, entre autres. Comme le REÉR n’est plus la seule option pour préparer sa retraite, Je reviens cette semaine avec le CÉLI, dont l’objectif était, dès le départ, indéterminé. J’en ai déjà parlé et je vous incite à y retourner.

 

MÉCANIQUE

Le CÉLI est un programme enregistré et, comme pour tout programme enregistré, il y a des règles à respecter.

  • Tout dépôt ou retrait est rapporté au gouvernement qui le comptabilise.
  • L’argent que vous y mettez est restreint. Il y a un plafond évolutif, ce que montre le tableau qui suit.

 

 

Contrairement au REÉR, le plafond annuel est le même pour tout le monde, sans restriction liée au revenu gagné. Et si vous n’utilisez pas vos droits de cotiser, vous pourrez les utiliser plus tard, comme avec le REÉR, mais contrairement à lui, si vous sortez de l’argent,

  • vous n’avez pas d’impôt à payer et
  • ce montant se rajoute à vos droits de cotiser, mais pourrait limiter votre droit à cotiser dans la même année (on évite l’effet guichet automatique : le but est l’épargne).

 

VOS OBJECTIFS

Comme le CÉLI n’a depuis le début aucun objectif autre que celui de vous inciter à épargner en profitant de l’exemption fiscale sur les revenus, c’est à vous qu’il revient de déterminer lequel(lesquels) vous voudrez poursuivre.

Coussin d’urgence : comme vous le savez, la vie nous réserve des surprises pas toujours agréables. J’entendais, à Tout le monde en parle, Gilbert Sicotte dire qu’il avait été congédié du Conservatoire d’art dramatique. Perdre son emploi, c’est dramatique, parce que ça vous prive de revenus. Si vous avez un coussin d’urgence, ça va vous dépanner. On recommande 3 à 6 mois de dépenses selon que vous avez de l’assurance, invalidité, par exemple, ou pas. Dans son cas, le drame s’est bien dénoué avec 2 films très intéressants.

Objectifs à moyen terme : le plus courants peuvent être un retour aux études, un voyage de longue durée, l’achat d’équipement de qualité.

Objectif à long terme : accumulation d’un capital important pour l’achat d’une voiture, d’une maison ou d’un chalet coûteux ou pour démarrer ou acquérir une entreprise ou, encore, un retour aux études pour quelques années, par exemple.

Objectif à très long terme : la retraite bien sûr et, avant ou pendant, un rêve que vous caressez depuis longtemps, quel qu’il soit. Parmi ceux-là, vous voudrez peut-être laisser un patrimoine à vos héritiers, au-delà de ce que vous n’aurez pas dépensé à la retraite.

 

FISCALITÉ

Comme son nom l’indique, l’impôt n’est pas en jeu, ni lors des dépôts ni lors des retraits, à condition de respecter les règles : pas de déduction de votre revenu imposable quand vous cotisez et, quand vous retirez, pas d’inclusion, donc pas d’impôt à payer. Ça en fait un outil intéressant pour qui a déjà une pension intéressante. De la même façon, qui n’a pas de pension du tout ou une très maigre pension ne sera pas affecté dans ses possibilités de recevoir le Supplément de revenu garanti (SRG). Vous adorerez tous qu’il n’affecte pas votre revenu imposable, car il n’affectera pas non plus votre capacité à être éligible aux crédits d’impôt.

 

RENDEMENT

Comme l’impôt n’est pas en jeu, le type de rendement que vous rechercherez n’a rien à voir : intérêts, dividendes ou gain en capital, rien n’est imposé à la sortie.

Pour le rendement, c’est une autre paire de manche. Vous chercherez des placements en fonction de vos objectifs, du temps requis pour y arriver et de votre tolérance au risque. Les placements à court terme requerront plus de prudence que ceux à long terme (sauf quand la fin approche).

Comme pour tout placement, plus votre rendement sera bas, plus vous aurez besoin de temps pour atteindre votre objectif. Si vous avez du temps, les cycles boursiers auront moins d’importance, surtout dans la phase d’accumulation. C’est aussi vrai dans la phase de décaissement, en autant que vous prévoirez un montant placé à moindre risque pour passer les creux de cycle.

Et si vous disposez de moins de temps, il vous faudra composer avec des dépôts d’autant plus importants que vous ne pourrez profiter de rendements composés.

 

CONCLUSION

D’une façon générale, le CÉLI devrait faire partie de toute bonne planification. Dans quelle proportion par rapport au REÉR, au REÉÉ et d’autres investissements, c’est une question à discuter avec votre conseiller. Votre conseiller devrait, après examen approfondi, vous présenter une répartition d’actif optimale. Vous n’avez pas à accepter aveuglément. Vous pouvez poser des questions. Votre conseiller est là pour vous.

450 774 4584

poitras@cgocable.ca

 

 

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire