LA VIE EST UNE INCONNUE : PROTÉGEZ-VOUS

 Dans Assurances

 

Elle pourrait vous transmettre des maladies, peut-être des maladies graves. Ou vous pourriez être invalide, incapable de gagner votre vie. Vous pourriez même la perdre, cette vie (je sais; je ne vous annonce pas une grande nouvelle). Alors, protégez-vous. « Comment? », me direz-vous?

Les compagnies d’assurance sont là pour partager avec vous ces différents risques; avec vous et avec d’autres. Au début, les détenteurs d’assurance étaient automatiquement propriétaires; c’était des sociétés mutuelles. Les compagnies d’assurance ne vous promettent pas que vous ne serez pas malades ni accidentés et encore moins que vous ne mourrez pas. Elles vous assurent que si un des événements prévus (oui, c’est un contrat, avec des petits caractères que votre conseiller devrait vous expliquer) survient, elles vont vous verser la somme convenue, la prestation. C’est, bien sûr, si vous avez respecté votre part du contrat, c’est-à-dire payer les primes.

Cette prime est calculée par des actuaires, spécialistes des statistiques et du risque. Par exemple, pour une assurance vie, on va déterminer votre espérance de vie à partir de votre âge, de votre sexe, de vos habitudes (fumeur ou non), de votre dossier médical, etc.. De là, pour la prestation désirée et tenant compte du rendement espéré sur les placements qu’on fera avec vos primes, on établira la partie relative au risque. À cela, on ajoutera les coûts administratifs et de vente. On additionnera une partie de profit et cela donnera votre prime.

Quels sont les facteurs qui influencent le montant de la prime? Je vous en ai mis un certain nombre sur le tableau qui suit.

 

 

Avez-vous vraiment besoin d’assurance, comme dirait PY McSween? http://www.biensassurer.ca/evaluer-votre-risque/#risk-title Le test est court et vous permet de savoir quel est le risque moyen d’invalidité, de maladie grave et de mortalité et quel est votre risque combiné.

  1. La première question que je vous poserais : êtes-vous indépendant de fortune, avez-vous suffisamment d’argent pour vivre sans revenu de travail? Si votre réponse est oui, alors je ne tenterai pas de vous convaincre de prendre une assurance invalidité, même si c’est le risque numéro un.
  2. En cas de maladie grave, en plus de la question précédente, même si vous ne planifiez pas vos besoins pour une maladie grave potentielle, des choses seraient-elles nécessaires, utiles ou même simplement agréables? http://lebloguefinancier.com/de-lassurance-maladies-graves-amg-pour-quoi-faire/ La fin de ce billet vous en énumère quelques-unes.
  3. Même à 65 ans, si vous êtes un homme qui fume, votre risque de décès n’est que de 12%, moitié moins que les deux précédents. Ça ne veut pas dire que vous pouvez oublier l’assurance vie. Particulièrement, si vous avez des personnes à charge.

Mais, si vos ressources sont limitées et que vous ne pouvez vous permettre les trois, cet ordre est le plus logique. Votre conseiller en sécurité financière (ce n’est pas un titre très sexy, mais c’est celui qu’impose l’AMF), qui réalise votre analyse de besoins financiers (ABF, comme ce qui est possible si vous répondez au questionnaire à la fin) pourra vous conseiller. Il vous guidera dans la réalisation d’un budget qui permet dans bien des cas de réduire la pression et de dégager des montants. Ce qui ne peut être couvert tout de suite pourra être envisagé plus tard.

Pour répondre à vos besoins ou à vos questions, contactez-moi directement ou par le début d’analyse ci-dessous.

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire