L’AIR DU TEMPS EN OCTOBRE 2015

 Dans Épargne, Placements, Régimes enregistrés

L’AIR DU TEMPS EN OCTOBRE 2015

Mais oui, je vais vous parler un peu de politique. Presqu’un trimestre de campagne électorale. Le premier ministre Harper a fait deux mauvais calcul. Il a pensé épuiser les autres partis qui n’auraient pas les fonds nécessaires pour tenir si longtemps de manière efficace. Erreur, les Libéraux, particulièrement, y sont parvenus; le NPD aussi. Le Bloc et les Verts : non; mais ce n’est pas eux qui menaçaient. Les Libéraux partaient troisièmes avec un chef inexpérimenté. La longue campagne (le double d’une campagne ordinaire) lui a permis de prendre l’expérience et de doubler Mulcair qui semblait destiné à occuper le poste de chef de gouvernement. À mi-course, les trois avaient une chance de gagner et les opposants se nuisant, Harper aurait pu l’emporter. C’était possiblement son calcul (j’allais dire pari, mais ce n’est pas lui).

Mais, je vous parle de politique parce que les promesses électorales peuvent se changer en réalité. Parmi celles-ci, le plafond annuel du CÉLI devrait retourner à 5500$ par an. Le fractionnement des revenus mis de l’avant par les Conservateurs (sauf celui pour les aînés) sera éliminé. Et les revenus supérieurs à 200000$ seront frappés par la création d’une nouvelle tranche d’imposition. Au Québec, cela fera passer le taux maximal au-dessus du seuil psychologique de 50% (autre exemple d’une décision fédérale qui ne tient pas compte des provinces). La PUGE, que les parents de jeunes enfants ont reçu à temps pour la campagne électorale, sera abolie pour être remplacée par une allocation non imposable, ne touchant pas tout le monde de la même façon. Le crédit fiscal pour les études post-secondaires et celui pour les manuels seront abolis. On augmentera les bourses. Enfin, l’âge de la pension de vieillesse sera ramené à 65 ans et le supplément de revenu garanti sera augmenté de 10%.

Cette semaine, mon fils, qui enseigne l’anglais à des professeurs d’économie dans une université espagnole, me demandait mon opinion sur ceci.

“On the front page of the Financial Times is a good-looking guy with a bad idea.

Pierre Trudeau’s son, Justin, is Canada’s new prime minister. (Another political dynasty!) He will “take advantage of low interest rates” to embark on a C$60 billion infrastructure program.

Just for the record, the Canuck feds are not taking advantage of low interest rates. They’re cheating savers… retirees… and responsible citizens whose expenses are lower than their incomes.

In much of the developed world, central banks have pushed interest rates to their lowest level in 5,000 years. This is not “good economic management.” It’s larceny. They’re taking money from savers and giving it to borrowers – especially in the financial sector and in government.”

J’avais entendu, erronément, 125G$, donc, j’ai répondu.

Premièrement, ce que j’ai lu hier parlait de 125G$CDN soit environ 100G de vrais dollars, sur 10 ans. 10G$/an, ce n’est pas si effrayant. Le pays est grand et peu peuplé. Les infrastructures ont de l’âge et ont besoin d’être mises à niveau, surtout ce qu’on ne voit pas et qu’on a beaucoup négligé : aqueducs et égouts. Eh oui, les taux sont bas et c’est le cas partout à travers le monde et les banques centrales agissent partout de la même façon, sauf dans les pays qui vont très mal.

Est-ce de la mauvaise politique économique? Oui. Ça évite aux gouvernements de prendre des décisions difficiles. Ça évite des récessions, mais ça augmente le risque de crises majeures comme en 2008 qu’on s’est empressé d’étouffer. Et quand ça va péter, ça va péter : the big one, ce n’est pas juste en géologie; ce sera aussi le cas en économie. À moins que je ne fasse comme ton grand-père qui nous prédisait des catastrophes en nous disant : « À mon âge, ça ne m’affectera pas longtemps mais, vous autres, les jeunes, ça va faire mal ». Je paraphrase, mais tu te rappelles peut-être de ce genre de discours à la Cassandre.

Est-ce que ça affecte les épargnants? Bien sûr. C’est pourquoi j’essaie d’amener les clients vers les actions plutôt que vers les obligations, certificats de dépôt ou comptes bancaires qui rendent difficiles de s’assurer une retraite ou d’atteindre quelque objectif financier que ce soit sauf en augmentant très fortement le taux d’épargne pour compenser les taux d’intérêt.

Est-ce que les institutions financières en profitent? C’est évident, mais quelle que soit la situation, elles vont en profiter car le gouvernement leur accorde une licence pour le faire. Et quand ça va mal ou qu’elles commettent des erreurs, nous payons.

Est-ce que les gouvernements en profitent? Oui, je l’ai dit plus tôt. J’ajouterais que si nous avions des hommes politiques plutôt que des politiciens cherchant l’élection ou la réélection, ça pourrait être différent. Mais tu ne peux pas non plus être tout seul à avoir le pas, ça prendrait une action collective, du G20, par exemple.

Donc, en conclusion, ne comptez pas sur le gouvernement fédéral (ni provincial) pour prendre soin de vous. L’ère de l’État providence est terminée. Je dirais la même chose aux provinces. Le fédéral a mis de l’avant des programmes à frais partagés (la santé, par exemple, à 50% chacun), puis il s’est désengagé, gouvernement après gouvernement. Avec les infrastructures, il va mettre 6G$/an et laisser les provinces et les municipalités mettre le reste alors que ce sont elles qui sont en difficulté financière, en grande partie parce que le fédéral a changé les règles du jeu au milieu de la partie.

Pour vous, constituez–vous un patrimoine. Pour la répartition d’actif, ce que je disais en août est encore valide, en gros, http://lebloguefinancier.com/lair-du-temps-en-aout-2015/. Les actions plus que ce qui produit des intérêts. Et si vous craignez les actions et leur volatilité, allez-y avec un bon fonds d’actions à dividendes, moins volatil, qui offre un rendement supérieur à l’indice (d’environ 8% sur 1 et 3 ans) dont la partie en dividendes représente souvent plus que les simples intérêts que les institutions financières vous offrent et qui capture toute la hausse, mais seulement 30% de la baisse de l’indice sur un an et même moins de 10% sur 3 ans.

Contactez-moi. Je suis tout disposé à vous accompagner dans votre démarche.

Billets recommandés

Laissez un commentaire