LE CASH EST ROI (SUITE)

 Dans Consommation

 

Essentiellement, le billet précédent nous disait combien le cash est roi quand on n’en a pas. Dans celui-ci, on verra ce qu’il permet quand on en a ou qu’on y a accès.

 

OBJECTIFS ET PLAN

Moins on a de liquidités, plus la question se pose : comment dois-je utiliser cet argent au mieux? Devant des besoins (ou désirs) illimités et des ressources limitées (phénomène de rareté), les Grecs de l’Antiquité ont inventé l’économie : οἶκος, oïkos, maison, et νόμος, nomos, règle de conduite. Quelles règles nous donnons-nous pour nos affaires personnelles?

Il faut se donner des objectifs pour le passé (qui sonne comme passif, dettes), pour le présent (qui nous parle de budget) et pour l’avenir (qui nous interpelle sur l’épargne, les investissements et l’assurance).

 

PASSÉ

On avait un vieux dicton au Québec qui disait : « Qui paie ses dettes s’enrichit ». Si vous me connaissez, vous savez que je distingue bonnes et mauvaises dettes.

  • Mauvaises dettes: on considère généralement comme mauvaises dettes, les dettes de consommation. Et plus la consommation est rapide (billets de loterie, vacances, etc.), plus c’est le cas. Si, de plus, vous les financez avec une carte de crédit à 10%, 20% ou 30%, alors, là, c’est une très mauvaise dette.
  • Dettes plus ou moins mauvaises: des biens dits durables (électro-ménagers, automobile, par exemple) peuvent avoir leur utilité. Il faut tenir compte de leur durée de vie (et de votre discipline à ne pas changer inutilement), de leur utilité (cossins) et du taux de financement. Et le meilleur marché n’est pas toujours un bon marché.
  • Bonnes dettes: les bonnes dettes sont généralement celles qui vont permettre de rapporter davantage qu’elles ne vous coûtent : études, immobilier locatif, entreprise, investissements. Dans tous les cas, vous devrez y consacrer du temps et avoir certaines qualités (ou payer pour).

 

PRÉSENT

 

Dons

Si vous avez suffisamment d’argent pour vos besoins, pensez à faire des dons. Par exemple, dans des périodes comme maintenant, plein de causes pourraient vous allumer :

    • banques alimentaires,
    • maisons pour femmes violentées,
    • aide aux enfants,
    • culture,
    • etc..

Et vous pourriez aussi vous avantager en demandant des reçus pour fins d’impôt.

 

Coussin de sécurité

C’est le temps de commencer à vous faire une réserve liquide couvrant 3 à 6 mois de vos dépenses. Ça peut servir en cas de mise à pied temporaire ou permanente, maladie, action comme aidant naturel, etc.. Si vous avez accès à de l’assurance emploi ou si vous avez de l’assurance dettes ou de l’assurance invalidité, vous aurez peut-être besoin d’un plus petit coussin. Ça varie selon les personnes et aussi dans le temps. Ça doit être de l’argent accessible très vite. Ça pourrait être une marge de crédit, mais celle-ci augmente votre endettement et devra être remboursée éventuellement.

 

Acquisition de biens

Vous pouvez acquérir des biens de consommation pour votre plaisir, bien sûr; à vous de voir ce que vous pouvez vous permettre.

Pour plusieurs, l’accession à la propriété (maison) est un rêve qu’on peut réaliser, même s’il y a d’autres options.

Toutes sortes d’autres achats sont possibles qui auront fait l’objet de planification (autant que possible) et que nous réaborderons tantôt, vu qu’on en a parlé dans les dettes, ci-haut :

  • immobilier,
  • entreprise,
  • auto,
  • pièces de collection,
  • chalet
  • etc..

Par les temps qui courent, après une chute boursière de l’ordre de 30% à 35%, il y a des aubaines à saisir. C’est souvent ce que font les grands investisseurs, comme Warren Buffett. C’est aussi ce que font les gestionnaires qui gèrent activement leurs fonds communs de placement (vs les fonds indiciels et les FNB).

 

AVENIR

C’est là le temps de rêver. Dans tout ce qu’on a mentionné et plus, qu’est-ce qui vous parle? Qu’aimeriez-vous réaliser? Ça pourrait être une bucket list d’escapades. Ça pourrait être les choses mentionnées plus haut. Voudrez-vous faire cela seul ou avec d’autres, avoir famille et enfant.s? C’est votre avenir. À vous de le définir.

 

OBJECTIFS

Tout ce que vous avez envie de réaliser devrait, a priori, être considéré comme objectif.

PLAN

  1. Établissez une liste de tout ce que vous envisagez comme objectif.
  2. Pour chaque objectif, établissez une date de réalisation. Plus l’objectif est éloigné dans le temps, plus la marge d’erreur peut être importante.
  3. Pour chaque objectif, établissez un coût.
  4. Maintenant que vous avez établi le coût et la date, vous pouvez établir combien vous devrez mettre de côté, chaque semaine, deux semaines ou mois.

 

ÉPARGNE ET INVESTISSEMENT

Plus votre objectif est proche dans le temps, plus vous devez être sûr que l’argent soit là. L’instrument le plus approprié est le compte d’épargne. Le fait que les taux d’intérêt soient bas, comme actuellement, a moins d’importance.

Inversement, plus l’objectif est éloigné, plus vous pouvez compter sur les « intérêts composés ». On parle ici d’instruments variés qui offrent un rendement plus élevé mais aussi une part de risque et de fluctuation de leur valeur et de leur rendement dans le temps, les actions, notamment.

Il s’agit donc de répartir son épargne dans différentes classes d’actif. Cette répartition a deux buts :

  • diminuer le risque et la volatilité (ne pas confondre le premier, possibilité de perdre son argent, avec le deuxième, fluctuation de la valeur) et
  • augmenter le rendement.

Pour savoir quelle répartition adopter, il faut connaître sa tolérance (psychologique) au risque et sa capacité à assumer du risque, plus liée à l’âge, l’importance de ses revenus, et la détention d’assurances, entre autres.

 

CONCLUSION

C’est un exercice circulaire, i. e. qu’il faut le reprendre régulièrement, chaque 1, 2 ou 3 ans, selon le cas ou lorsque survient un changement majeur dans votre vie, dont

    • mariage,
    • divorce,
    • naissance,
    • héritage ou gain importants
    • promotion,
    • perte d’emploi
    • maladie importante
    • achat important dont maison
    • retraite.

Certains objectifs peuvent s’ajouter ou tomber au fil du temps. C’est une autre occasion de revoir son plan.

Vous pouvez avoir l’aide d’un conseiller. « Oui, mais je vais devoir payer des frais. » Évidemment, mais vous devriez en tirer des bénéfices. Je vous retourne à un billet sur le sujet, surtout à partir du point 6.

450 774 4584

poitras@cgocable.ca

 

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire