LE CASH EST ROI

 Dans Consommation

« Le cash est roi ». C’est une expression parfois encensée et parfois décriée.

J’écrivais récemment que les gestionnaires de fonds examinaient « les états financiers :

  1. l’endettement (des entreprises) qui donne une idée du risque de faillite,
  2. inversement, les liquidités (le cash) qui permettent, en plus, à ces entreprises de profiter d’occasions et
  3. le flux de trésorerie disponible qui nous renseigne sur l’état de l’entreprise. »

 

VIVE LE CASH

Il en va de même pour les individus.

  1. Actuellement, si les revenus (3. flux de trésorerie) n’entrent pas régulièrement, votre situation n’est pas optimale.
  2. En plus, si votre endettement (1.) est élevé, critique ou même bloqué, que vous ne parvenez plus à payer vos intérêts, vous êtes en défaut de paiement. Cela peut avoir de graves conséquences allant jusqu’à la saisie de vos biens ou la faillite (la proposition de consommateur si vous pouvez la négocier). Vous ne pouvez plus compter sur le crédit, à ce moment pour satisfaire vos besoins essentiels.
  3. Les liquidités (2. Le cash) sont reines. Plus vous en avez ou pouvez en disposer, meilleure est votre situation en regard de votre budget, comme pour votre possibilité à investir, à profiter des aubaines du marché.

 

À DÉFAUT DE CASH

Cette portion est largement inspirée de COVID-19 : quelques stratégies pour contrer le manque de liquidité, Finance et Investissement, 9 avril 2020.

Revoir votre budget

Dernièrement, j’avais commencé une série de 3 billets sur les finances personnelles. Comme un lanceur de baseball, après avoir lancé la première prise sur le budget, je m’apprêtais à lancer la deuxième sur le bilan. En plein milieu de mon mouvement, je suis resté une jambe en l’air, le tronc et le bras droit inclinés vers l’arrière. Et c’est très inconfortable. Alors, lisez ce billet. Si vos finances sont serrées, vous n’avez pas vraiment le choix. Revoyez vos dépenses comme si l’arrêt de l’économie allait durer 12 à 18 mois. Éliminez les dépenses superflues (les b et les c), reprenez ou apprenez à faire vous-même un certain nombre de choses, comme faire à manger. Tenez compte du fait que les aides gouvernementales reçues, PCU et assurance emploi, par exemple ont une durée limitée.

 

Regarder votre bilan

Même si j’ai encore une jambe en l’air, j’ai déjà lancé une deuxième prise dans ma vie http://lebloguefinancier.com/resolutions-et-bilan-de-fin-dannee/ et

http://lebloguefinancier.com/les-chiffres/. Le premier billet vous l’explique simplement. Le deuxième vous donne un formulaire pour l’établir.

 

Regardez la colonne de vos avoirs (l’actif)

Puisque vous êtes à la recherche de liquidités, je présume que vous n’en avez pas ou très peu.

Dans les placements ouverts (non enregistrés, contrairement aux REÉR, CÉLI, etc.), vous avez des possibilités.

  1. Plusieurs de ces placements peuvent être liquidés, en tout ou en partie.
    1. Dépôts à terme ou CPG rachetables
    2. Obligations d’épargne ou autres obligations
    3. Fonds communs de placement ou fonds distincts, mais pour ces derniers qui comportent une garantie en cas de décès, ce ne serait pas mon premier choix
    4. Actions de compagnies, inscrites à la bourse ou privées
    5. Demander le remboursement de prêts faits à d’autres, si c’est possible
    6. Emprunter sur les valeurs de rachat de votre assurance vie ou les encaisser, ce qui ne serait pas, non plus mon premier choix. Il est aussi possible, parfois, après entente avec votre assureur, de suspendre le paiement de vos primes d’assurance. C’est parfois inscrit dans votre police. Voyez cela avec votre assureur ou votre conseiller.
  2. Vous pouvez encaisser certains placements enregistrés, même si ce n’est souvent pas une excellente idée. Et un certain nombre vont déclencher une imposition et, parfois, directement au moment du retrait.
    1. Le REÉR a pour but de préparer votre retraite; certains REÉR, en principe ne permettant pas les retraits avant la retraite, le permettent dans certaines circonstances : FTQ, par exemple.
    2. Le FERR constitue, souvent, votre revenu de retraite.
    3. Le CRI, doit être transformé en FRV pour permettre des retraits, plafonnés généralement. Votre conseiller pourra tenir compte des règles.
    4. Le REÉÉ comporte aussi des règles, mais vos cotisations vous appartiennent : c’est une autre possibilité, pas des meilleures.
  3. Vous pouvez vendre, plus ou moins facilement, vos biens tangibles (non financiers) et s’il y a un lien avec un prêteur, possiblement juste le lui remettre pour cesser les paiements.
    1. Votre maison
    2. Votre chalet
    3. Des immeubles à logement
    4. Un terrain
    5. Une entreprise
    6. Une auto
    7. Des bijoux
    8. Des œuvres d’art

 

Votre passif

Une fois que c’est fait, regardez vos dettes, la colonne du passif.

  1. Y en a-t-il pour lesquelles vous pourriez obtenir un report de paiement? Probablement que le prêteur, hypothécaire par exemple, s’il vous l’accorde, va ajouter la portion de votre paiement constituée des intérêts à votre solde; donc vous devrez repayer ces intérêts et de l’intérêt sur eux. Mais, comme les gens atteints de la COVID-19 et aux soins intensifs, vous avez peut-être besoin d’un respirateur, temporairement, pour vous donner un peu d’air.
  2. Y en a-t-il dont le prêteur accepterait d’en effacer une partie si vous pouvez lui payer la différence. Cela se fait parfois avec les émetteurs de cartes de crédit. Négociez.
  3. Dans les dettes courantes, il y a des possibilités.
    1. Cartes de crédit : plusieurs émetteurs ont annoncé une baisse des taux (Desjardins, par exemple, de 19,9% à 10,9%). Vous pouvez aussi magasiner. Vous pourrez voir des cartes offrant de meilleurs taux. Certaines offrant même des taux très bas sur les montants transférés d’autres cartes; examinez bien les conditions.
    2. Taxes et impôts : prenez entente.
    3. Dettes personnelles : prenez entente.
    4. Marge de crédit régulière: si vous n’en avez pas, vous pouvez tenter d’en obtenir une.
  4. Pour tous les emprunts (listés ou autres) : prenez entente.
  5. Pour les hypothèques, voir ci-haut. Si vous avez déjà remboursé une bonne partie de votre hypothèque, vous pourriez obtenir un prêt comportant des paiements réguliers ou obtenir une marge de crédit hypothécaire. Cette dernière vous permet d’obtenir de l’argent sans devoir faire des versements réguliers. Vous savez combien je déteste l’hypothèque inversée, chère et contraignante, mais c’est une possibilité; parlez m’en avant.

 

CONCLUSION

Si vos finances vont mal, cela ne veut pas dire que vous allez mal. Prenez le temps de bien examiner votre situation et prenez les meilleures décisions pour le présent. Ce n’est pas le temps des « J’aurais donc dû ». Ce n’est pas le temps non plus de planifier l’avenir un peu lointain; laissez Perrette pour plus tard.

N’hésitez pas à demander de l’aide.

450-774-4584

poitras@cgocable.ca

 

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire