LE CORONAVIRUS ET VOUS

 Dans économie

 

  Edvard Munch: Le cri

 

En début d’année, en me demandant où nous allions, en évoquant la possibilité d’un krach, je disais que le catalyseur pourrait être le coronavirus. Il est maintenant étendu sur plusieurs continents et c’est considéré comme une pandémie. Sera-ce suffisant pour faire planter les bourses? Il faudra voir. En cette fin de février, ça brasse beaucoup sur les marchés. Jeudi, le 27, les bourses américaines avaient reculé de 12-13% depuis le dernier sommet et la bourse de Toronto 6-7%. Ajoutons que les années où il y a une pandémie, il y a ordinairement une récession.

 

ET

Pour la bourse canadienne, ajoutez au coronavirus la crise autochtone. Cette dernière aura entraîné la paralysie des chemins de fer environ 3 semaines. À son tour, celle-ci aura provoqué des mises à pied dans plusieurs entreprises qui dépendent des matières transportées pour leur production, comme intrants ou extrants.

Le Canada est un pays dont l’économie est fortement dépendante du commerce extérieur. La dissémination du coronavirus entraîne des politiques de confinement un peu partout sur la planète. Cela aussi entraînera probablement un fort ralentissement du commerce mondial pouvant nous toucher fortement.

Trump dit que le coronavirus pourrait avoir fini vers avril. Mais les prédictions sont toujours difficiles, surtout en ce qui concerne l’avenir, dit la citation attribuée à plusieurs. Donc pas de prévision de ma part. Une fois la correction amorcée, quelle qu’ait été votre stratégie et votre répartition d’actif, il vaut mieux patienter.

 

LES CORRECTIONS

 

 

Durant les 34 dernières années, à la bourse de Toronto, il n’y a eu que 4 années sans baisse d’au moins 5% et 10 (30%) se sont terminées avec des pertes.

Mais, il y a plus d’années positives et plus d’années plus positives.

 

 

LES RÉACTIONS

Vos réactions vont dépendre de 2 facteurs essentiellement:

  • votre degré de littératie financière : si vous connaissez, entre autres, les 2 diapositives qui précèdent et le comportement des marchés, vos réactions devraient être plus modérées;
  • votre degré de tolérance au risque : il dépend, entre autres, de votre degré de littératie (ci-haut), de votre capacité à assumer du risque (degré d’endettement, capacité de gagner de l’argent, etc.) et de votre tendance psychologique générale et actuelle.

Voici un graphique qui illustre, vos réactions possibles, surtout si vous êtes peu expérimenté.e aux diverses phases du cycle boursier.

 

10 POINTS À RETENIR

 

En plus de bien vous laver les mains souvent pour éviter la transmission du virus voici les choses à faire ou à ne pas faire.

  1. Si vous faites de l’anxiété, cessez d’écouter les nouvelles et les anxieux et fuyez les réseaux sociaux.
  2. Jasez avec votre conseiller ou des personnes qui ne paniquent pas.
  3. Rappelez-vous que vous ne subirez aucune perte si vous ne vendez pas.
  4. Souvenez-vous qu’il faut acheter bas et non pas vendre bas.
  5. Patience; les périodes de correction durent moins longtemps que les progressions.
  6. Plus les reculs sont importants, moins ils durent longtemps.
  7. Les programmes d’achat périodique (mensuel, par exemple) vous permettent de profiter des bas prix quand ils surviennent sans crier gare.
  8. Si vous avez des liquidités, vous pourriez en profiter pour bénéficier des fins de chute pour acheter à bas prix. C’est ce que disait Warren Buffett cette semaine.
  9. Les personnes retraitées qui n’ont pas de fonds de pension devraient, dans leur répartition d’actif, avoir l’équivalent de 2 ans de dépenses, en prévision d’un recul prolongé.
  10. Les bas prix vers la fin d’une correction ou d’un krach sont l’occasion de transférer directement des fonds communs d’un FERR vers le CÉLI. Le montant minimum à retirer du FERR est établi (en fonction de l’âge) au premier janvier de chaque année. Lors d’un recul, le nombre de parts requis est plus petit en début d’année, généralement, que lors de la chute. La valeur du CÉLI augmentera d’autant quand le marché remontera.

Pour vous amuser à en connaître un peu plus, https://www.fidelity.ca/fidca/fr/volatilitytool.

 

poitras@cgocable.ca

450 774 4584

 

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire