LE REÉÉ MULTITÂCHE

 Dans Régimes enregistrés

Ce billet est loin d’être mon premier au sujet du REÉÉ.

http://lebloguefinancier.com/strategies-reee/ et même

http://lebloguefinancier.com/prets-reer-reee-celi-et-autres-prets-a-linvestissement/.

Quant à la Bible des informations sur le REÉÉ, c’est au https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/impot/particuliers/sujets/regime-enregistre-epargne-etudes-reee.html qu’elle se trouve. Au Québec, c’est au https://www.revenuquebec.ca/fr/citoyens/credits-dimpot/incitatif-quebecois-a-lepargne-etudes/ qu’il faut aller.

LE REÉÉ DE BASE

L’intention derrière le REÉÉ, en 1974, c’était de permettre aux parents d’accumuler de l’argent pour les aider à financer les études de leurs enfants. Une société moderne a besoin de travailleurs éduqués et formés. Le REÉÉ vise donc la formation post-secondaire et permet de financer non seulement les frais de scolarité et le matériel scolaire, de même que toutes les dépenses reliées aux études (sans avoir à les justifier par des reçus).

Pour inciter les parents à épargner dans ce but, le gouvernement a pris 2 décisions. Il accorde une subvention en fonction des montants investis. Il exempte d’impôt la croissance de ces épargnes et des subventions.

Au moment du retrait, les subventions et la croissance sont imposées dans les mains de qui reçoit la prestation d’aide, souvent l’étudiant dont le revenu imposable est faible, sinon nul. Donc cet argent va à l’étudiant. Quant aux cotisations, comme elles n’ont pas donné lieu à un crédit d’impôt, comme avec le REÉR, elles ne sont pas imposées lorsqu’elles sont retirées.

DU REÉÉ À UN AUTRE REÉÉ

De cette dernière caractéristique, non-imposition des cotisations à leur retrait, découlent les autres. Vous avez plus d’un enfant, vous pouvez retirer vos cotisations et les réinvestir de nouveau pour ce nouveau REÉÉ et obtenir les subventions, pour ainsi dire gratuitement. Pas de mauvaise conscience : le gouvernement le sait et n’a pas modifié les règles.

LE REÉÉ COUSSIN DE SÉCURITÉ

Vos cotisations peuvent servir en cas de nécessité ou d’urgence. Comme dans un compte bancaire, votre argent est à votre disposition, mais à quelques jours d’avis. Donc retrait, au besoin, sans impact fiscal.

RETIRER LES COTISATIONS POUR CONTRIBUER AU REÉR OU AU CÉLI

En principe, la croissance des cotisations dans le REÉÉ (et des subventions, aussi) ou dans le REÉR ou le CÉLI, si elles y étaient transférées, serait la même, si on considérait une même tolérance au risque.

La différence, c’est que dans le REÉÉ elle se fait en faveur du bénéficiaire. Et sans ces cotisations, il n’y a pas de subventions gouvernementales. Et ces subventions, sur les premiers dollars, sont au minimum de 30%, plus si le revenu familial est faible. Dans les autres cas, la croissance serait, évidemment, pour le cotisant.

Pour le CÉLI, on est limité par le plafond imposé est de 6000$ en 2020, mais 69500$ pour quelqu’un qui aurait été admissible en 2009 (moins les contributions déjà faites). En dehors de cette contrainte, on se rappelle que la cotisation n’est pas déductible pour fins d’impôt, mais que, par contre, la croissance n’est pas imposable. Un avantage du CÉLI sur les autres, c’est que les retraits redonnent de la place sous le plafond.

Pour le REÉR, il y a aussi des règles. Le plafond étant plus élevé, ce n’est pas si souvent une contrainte importante. La considération la plus importante est que la déduction à laquelle le cotisant a droit est fonction de son taux d’imposition. Ce taux augmente directement avec le revenu. Pour ceux dont le revenu varie d’une année à l’autre cela a une grande importance. Ainsi, dans une année où le revenu serait nettement plus important à cause d’un bonus pharaonique, d’un gain en capital ou de dividendes très importants, une contribution importante pourrait avoir un effet amplifié. Dans ces circonstances, un prêt REÉR pourrait se combiner au transfert pour augmenter le « retour d’impôt ».

AIDER LES AUTRES

Vous n’avez pas d’enfant? Et même si vous en avez, vous pouvez aider les autres en leur donnant un coup de pouce. Comment? Comme le REÉÉ individuel ne nécessite pas que vous soyez parent de l’enfant pour établir un REÉÉ à son nom, vous pouvez le faire, évidemment pas en secret. Vous y mettez l’argent que vous désirez et les gouvernements contribueront. Vous pouvez cesser quand vous voulez et même retirer vos cotisations (toujours sans impact fiscal). Le REÉÉ reste en place jusqu’à ce qu’il serve.

CONCLUSION

L’objectif premier d’un REÉÉ demeure le financement des études. Mais il a aussi des effets secondaires qui, contrairement à ceux des médicaments, sont désirables.

Comme nous l’avons vu, ils sont aussi prévisibles. Qui dit prévisible dit stratégie, plan. Qui dit cela présuppose aussi des objectifs et des échéances. Si vous vous en ouvrez à votre conseiller, il peut vous aider dans l’établissement de votre plan.

450 774 4584

poitras@cgocable.ca

Billets recommandés

Laissez un commentaire