LE RÉÉQUILIBRAGE DU PORTEFEUILLE : QUOI, POURQUOI ET COMMENT?

 Dans Placements

LE RÉÉQUILIBRAGE DU PORTEFEUILLE : QUOI, POURQUOI ET COMMENT?

Si vous voulez épargner, vous devez d’abord savoir pourquoi.

  1. Vous êtes une personne avec une bonne littératie financière, disciplinée qui a décidé de suivre la norme qui consiste à mettre de côté 10% de vos gains pour vous payer en premier.
  2. Vous faites votre budget (peut-être en suivant l’exemple de vos parents (ou pas), ce qu’il ne faut pas sous-estimer) et vous attribuez des sommes spécifiques pour des objectifs que vous désirez atteindre. Parmi ces objectifs, il y a celui de vous constituer un coussin d’urgence correspondant à 6 mois de vos dépenses nettes.
  3. L’argent vous sort par les oreilles et, malgré tous vos efforts, et vous vous y appliquez avec cœur, vous ne parvenez tout simplement pas à tout dépenser.

Rappelez-vous comment vous avez choisi vos fonds : http://lebloguefinancier.com/choix-fonds-communs-placement-partie-1/ et http://lebloguefinancier.com/le-choix-des-fonds-communs-de-placement-partie-2/.

Ayant déterminé à quoi vous destinez cet argent, ou pas, vous devez estimer dans combien de temps vous en aurez besoin, ce qu’on appelle votre horizon temporel ou, si vous en avez plusieurs, vos horizon temporels. Je vous retourne au premier des deux billets susmentionnés pour voir aussi les notions de

  1. taux d’épargne,
  2. taux de rendement,
  3. tolérance ou aversion au risque et
  4. capacité à prendre des risques.

Le deuxième billet portait sur la constitution de votre portefeuille à l’aide de 5 filtres :

  1. catégories d’actifs,
  2. style de gestion,
  3. géographie,
  4. analyse technique et
  5. compagnies et gestionnaires de fonds.

Une bonne répartition de l’actif vise essentiellement deux choses. La première est de réduire le risque. Les marchés sont, par nature, instables. Des investissements trop concentrés peuvent vous amener des rendements élevés par moments, faibles à d’autres et même des pertes si vous ne contrôlez pas le marché. La diversification vise à profiter de la non-synchronisation des marchés qui permettra à des hausses de certains secteurs d’éponger les pertes ou faibles rendements ailleurs.

La deuxième vise à magnifier le rendement à long terme. Les marchés sont instables, certes, mais ils ne changent pas de direction complètement très souvent. Par exemple, actuellement, les actifs producteurs d’intérêts (CPG, obligations) n’en produisent justement pas beaucoup et la situation n’apparaît pas près de changer (politiques monétaires accommodantes des banques centrales qui veulent stimuler l’économie). Comme la répartition d’actifs donne des fourchettes, on peut se placer  au centre ou à l’extrémité de chaque composante.

Quand on arrive au bout d’une fourchette, parce que le marché a bien produit pour cette classe d’actif ou cette région du monde ou ce style de gestion, le rééquilibrage permet rétablir l’équilibre choisi en vendant de cela pour racheter de ce qui n’a pas bien marché parce que, éventuellement, le balancier va se déplacer. Mais faire ça demande de la discipline et du courage. La théorie nous dit d’acheter bas et de vendre haut. Vos sentiments risquent de vous dire le contraire. Ceci va bien : j’en veux plus; cela va mal, je vais m’en débarrasser. Un exemple? Disons que vous aviez prévu de l’or pour 3% dans votre répartition. Depuis un an, votre investissement a plus que doublé. Vous aimeriez bien le conserver, voire, l’augmenter. Vous finiriez par avoir tort; depuis 5 ans, tous les fonds de métaux précieux ont des rendements négatifs. N’est pas Pierre Lassonde qui veut.

Le rééquilibrage, c’est, ensuite, se déplacer en fonction de la conjoncture vers l’une ou l’autre extrémité de chaque fourchette. Par exemple, pour reprendre ce que j’ai dit plus haut, il est temps de diminuer les producteurs d’intérêt pour augmenter les actions.

Finalement, le rééquilibrage devient nécessaire si votre situation financière change.

  1. Vous avez atteint un objectif.
  2. Vous avez perdu beaucoup d’argent.
  3. Vous avez déclaré faillite ou pris arrangement avec vos créanciers.
  4. Vous avez divorcé ou vous vous mariez.
  5. Une maladie vous a tenu à l’écart de votre travail (je vous avais pourtant dit de prendre une assurance).
  6. Vous avez perdu ou quitté votre emploi.
  7. Vous prenez votre retraite.
  8. Vous héritez d’une somme importante.

 

Vous devez alors revoir vos objectifs, vos horizons de placement et votre tolérance au risque et conséquemment, le  rééquilibrage de vos actifs. Combattons un vieux mythe : le pourcentage d’obligations d’un portefeuille est égal à l’âge de l’investisseur. Ce fut vrai à l’époque où

  • le rendement des obligations était légèrement inférieur à celui des actions et
  • l’espérance de vie était faible.

Vous devez finalement considérer le rééquilibrage de votre portefeuille comme un exercice à refaire constamment pour bien l’ajuster à votre situation, à celle des marchés et à celle des compagnies et gestionnaires à vous fournir de que vous en attendez. Finalement, vous pourriez comparer cela à votre budget. Ce n’est pas parce que vous l’avez fait une fois que c’est définitif. Vous devez monitorer régulièrement que vous le respectez et l’ajuster à votre condition qui change tout comme celle du monde où vous vivez.

Si certains points vous posent question ou si vous désirez un accompagnement ou une prise en charge, n’hésitez pas à me contacter.

Billets recommandés

Laissez un commentaire