MOINS DE VOLATILITÉ

 Dans Placements

 volatilité

 

 

Vous avez toujours entendu dire que les actions de pme étaient volatiles. C’est vrai. Si vous regardez la moyenne de la catégorie, sur le graphique ci-dessous, ça donne un écart-type de 10,4 sur 5 ans; sur 10 ans, c’est 14,2, plus élevé puisque ça inclut 2008. Selon Equisoft inc., qui nous fournit un logiciel de préparation de portefeuilles, « un écart type est une mesure statistique de la volatilité historique; plus le chiffre est élevé, plus l’actif est volatile ». Si je fais le même exercice pour des fonds équilibrés, l’écart-type de la catégorie est de 5,5 sur 5 ans et de 7,0 sur 10 ans.

 

L’écart-type est une mesure de risque, mais il y en a d’autres dont le ratio de capture à la baisse. « Dans un marché baissier, un ratio de capture de marché baissier de moins de 100 indique que le portefeuille a décliné seulement de tant de % autant que l’indice ». Ici, selon Morningstar, ce ratio, pour les 5 fonds de PME, varie entre 21 et 68, c’est-à-dire que ces fonds ont pris entre 21% et 68% de la baisse moyenne de la catégorie. Pour les fonds équilibrés, 5 fonds que j’utiliserais ont un ratio entre 60 et 81. Les fonds équilibrés varient moins que les fonds de pme, dois-je ajouter.

« Les statistiques de rendements au-dessus du portefeuille de référence affichent de combien le portefeuille a surpassé ou non la performance du portefeuille de référence, qui est composé des indices représentant chaque classe d’actif spécifique dans la même proportion que le portefeuille proposé. »

Dans le document suivant, je propose un portefeuille composé à parts égales de fonds équilibrés (3 fonds : actions, 10%, neutre, 10% et à revenu, 5%) et de fonds d’actions, canadiennes, 25% (2 fonds), américaines, 25% (1 fonds) et mondiales, 25% (1 fonds), sans pme. L’écart-type de 5 ans est de 8,25 et le ratio de capture à la baisse, de 95,60.

 

 

Dans le document suivant, j’ai retiré 2,5% à chacun des fonds d’actions canadiennes pour les mettre dans des fonds de pme, l’un à risque moyen et l’autre à risque élevé. J’ai aussi retiré 5% du fonds d’actions américaines pour les mettre dans un fonds de pme à risque moyen. L’écart-type baisse à 8,07 et le ratio de capture à la baisse diminue aussi, à 91,55.

 

 

Il peut sembler curieux que l’écart-type diminue, vu que j’ajoute des fonds dont l’écart-type est plus grand. En fait, celui du portefeuille sans pme qui représente 90% du portefeuille avec pme, était de 8,25, on l’a vu; si j’ajoute des fonds dont l’écart-type pondéré est de 10,08, mathématiquement, ça devrait donner 8,43. Or, le chiffre réel est de 8,07.

Que s’est-il donc passé? Quand on vous dit que la diversification du portefeuille diminue le risque, vous en avez un exemple. Nous avons une réelle diversification en ajoutant des fonds d’actions à pme, une pincée seulement, à des fonds d’actions à grandes capitalisations et à des fonds équilibrés.

Et quels ont été les rendements? Pour 3 de ces 10 fonds qui n’existaient pas en 2008, j’ai pris la moyenne de la catégorie (sur 1, 2 ou 4 ans selon le cas) à chacune de ces années. Si vous aviez investi 200000$ au début de 2008 et que vous aviez vendu en fin d’année, il vous serait resté 153913$ pour une perte de 23,04%. En investissement, c’est un mauvais scénario. Mais vous auriez eu tort de vendre, car en restant 10 ans, votre investissement aurait atteint, à la fin de 2017, 456015$ pour un gain total de 128,01% ou 8,60% composé annuellement en moyenne, malgré la chute initiale.

Ainsi donc, il est payant de rester investi tout le temps car on ne peut prévoir quand les reculs vont survenir ni les reprises.

 

Vous aimeriez une analyse de votre portefeuille, contactez-moi.

 

Billets recommandés

Laissez un commentaire