QUELLE EST VOTRE VALEUR? (suite)

 Dans Assurances

 

Dans le billet précédent, vous avez établi votre valeur financière actuelle. C’est bien. Pourriez-vous aussi la calculer autrement? Je vous propose une calculatrice qui vous donnera une idée https://www.cchwebsites.com/content/calculators/FRHumanLifeValue.html.

  • Vous ne savez pas quand vous prendrez votre retraite, mais vous savez dans combien d’années vous aimeriez la prendre. Savoir comment vous vivriez avec le résultat du calcul des économies que vous pourriez accumuler d’ici là, est une autre discussion.
  • Si vous travaillez, vous connaissez votre revenu actuel. Si vous ne travaillez pas encore, vous pouvez savoir quelle est la rémunération dans ce secteur que vous convoitez. Si vous voulez changer de travail, c’est pareil.
  • Pour le rendement de vos placements, je vous réfère à mon billet de la semaine passée http://lebloguefinancier.com/quelle-est-votre-valeur/.
  • Actuellement et depuis plusieurs années, l’inflation se maintient autour de 2%. Elle pourrait grimper à 3%, mais difficilement au-delà dans un avenir prévisible.
  • La hausse de vos revenus sera-t-elle égale au taux d’inflation (ou même moins, si on considère que vous êtes facilement remplaçable) ou grimpera-t-elle plus vite à cause de la rareté de la main-d’œuvre ou de vos compétences particulières (si vous êtes dirigeant de Bombardier, par exemple). http://www.lesaffaires.com/mes-finances/fiscalite/vous-valez-plus-que-vous-le-pensez/606229 Vous pourriez demander plus car il semble que les salaires devraient augmenter.

 

I Organismes publics

Cela vous donne un résultat très approximatif, si tout se passe sans problème d’ici la fin de votre vie active. Le tout est donc fonction de votre âge actuel et de votre capacité de gain. Mais, la vie n’étant pas un long fleuve tranquille, vous pouvez être malade ou même décéder avant la fin (présumée) de votre vie active. Je ne parle pas d’un rhume par ci, par là. Je parle de problèmes de santé mineurs, appendicectomie, fracture, etc., ou majeurs, cancer, pontage coronarien, etc.. En plus de vous priver de travailler, cela vous prive de revenu durant l’arrêt de travail. Si cet arrêt est causé par le travail, vous pourrez recevoir des prestations de la CNESST. Sinon, vous pourrez recevoir des prestations de l’Assurance-Emploi. Si vous avez déjà cotisé à Retraite-Québec (ancienne RRQ) et que vous devenez invalide, vous pourrez recevoir des prestations d’invalidité.

 

II Organismes privés

Si votre employeur vous a offert des assurances collectives, vous pourrez recevoir certaines sommes pour un certain temps http://lebloguefinancier.com/lassurance-collective-suffit/.

Certains pensent toujours qu’ils ont assez d’assurance et, pour d’autres, c’est le contraire. Pour ceux qui ont la plus grande aversion au risque, la disposition à payer (DAP) est plus grande. Pour tous les organismes évoqués à la partie I, il y a des actuaires dont la fonction est de calculer les risques et les coûts qui y sont reliés.

Du côté des assureurs privés, c’est pareil. Et ils sont très créatifs pour vous offrir une panoplie de produits. Je déteste la tendance grandissante à vous offrir des produits que vous pouvez acheter directement, à partie de votre téléphone intelligent ou de votre ordinateur ou tablette. Ces produits sont-ils bons? Oui, dans une certaine mesure. Mais, même si on met officiellement à votre disposition un vrai conseiller, le but est de vous vendre rapidement. Vous avez la sensation d’avoir maximisé votre temps; on compte là-dessus. Avez-vous le bon produit, avec les bonnes caractéristiques, au meilleur prix? Est-ce l’assurance qui devrait être la plus importante pour vous? Avez-vous une couverture suffisante, insuffisante ou trop grande? C’est là tout le travail du conseiller. Et, à la fin, si vous avez besoin d’un produit à émission garantie ou simplifiée, je peux le faire à distance, avec vous, et vous pourriez être assuré immédiatement ou presque.

  • Si vous êtes sur le marché du travail, l’assurance la plus importante pour vous, c’est l’assurance invalidité. Votre risque le plus grand, durant cette période de votre vie, c’est un accident ou une maladie, physique ou mentale, qui vous tiendrait à l’écart du travail durant une période plus ou moins longue. http://lebloguefinancier.com/assurance-invalidite/.
  • Votre deuxième risque, en importance, serait celui d’une maladie grave. Vous connaissez, parmi vos amis, votre famille, vos collègues ou de leurs amis, membres de leur famille ou collègues quelqu’un qui a une maladie grave. Cette maladie va les tenir à l’écart du travail pour une période plus ou moins longue avec, même un risque de mort. http://lebloguefinancier.com/de-lassurance-maladies-graves-amg-pour-quoi-faire/ L’assurance maladies graves est faite pour ça.
  • Cette maladie grave pourrait nécessiter une convalescence dans un CHSLD ou une maison spécialisée. Mais, il est évident aussi qu’avec la longévité prolongée, nous ne serons pas en pleine santé et vigueur jusqu’à la fin. Même si nous n’allons pas en CHSLD, nous devrons peut-être aller en résidence pour personnes âgées. Rien de cela n’est bon marché http://lebloguefinancier.com/retraite-mode-demploi/. Prendrez-vous l’assurance de soins de longue durée?
  • Finalement, comme disait, approximativement, Bernard Landry qui vient de mourir : « Aux dernières nouvelles, et malgré les avancées de la science, le taux de mortalité est toujours de 100%. » Les possibilités de couverture sont nombreuses.
    1. L’assurance vie temporaire a deux avantages. Elle est moins chère (mais son coût augmente avec le temps, un désavantage qu’un bon conseiller pourra amoindrir). Sa durée peut être ajustée à la période où vos responsabilités sont plus grandes : enfants non adultes, hypothèque, dettes d’études, etc.. Par contre, et c’est pour ça que son coût est bas, si vous ne décédez pas durant la période, l’assureur ne vous versera rien.
    2. L’assurance vie permanente se décline aussi de plusieurs façons. Mais comme l’assureur devra payer, si vous maintenez votre police en vigueur, elle est plus chère.
      1. L’assurance sans participation (aux bénéfices de la compagnie d’assurance) est la moins chère. Vous ne payez que pour l’assurance.
      2. L’assurance avec participation vous permet de participer aux bénéfices, souvent sans devoir payer d’impôt sur ce gain au retrait. Vous pourrez même emprunter sur les valeurs de rachat accumulées et financer une partie de votre retraite, par exemple, sans impôt, vu que c’est un emprunt que vous devrez rembourser de votre vivant ou au décès.
  • L’assurance vie universelle est une espèce d’hybride où vous avez de l’assurance pure, mais où vous pouvez aussi ajouter des épargnes dont la valeur n’est pas garantie et qui fluctuent selon la valeur du marché. Cette épargne reçoit aussi un traitement fiscal dont les avantages ont été réduits il y a quelques années.

Donc, selon votre valeur actuelle ou future, vous voudrez peut-être transférer une partie de vos risques à un assureur, par l’intermédiaire de l’État, de votre employeur ou personnellement. Vous me contactez pour évaluer vos risques. Après cela, selon votre décision et vos possibilités financières, nous déterminons la meilleure façon de couvrir ce qui doit l’être.

 

Recommended Posts

Leave a Comment