RETRAITS DU FERR OU DU FRV PARTIE 2: LES STRATÉGIES

 Dans Régimes enregistrés

RETRAITS DU FERR OU DU FRV

PARTIE 2: LES STRATÉGIES

BESOIN D’ARGENT

Si vous retirez cet argent parce que vous en avez besoin, vous pensez peut-être que vous n’avez pas besoin de stratégie, mais peut-être qu’un peu de stratégie pourrait aider.

  1. Si vous avez besoin de toute la somme pour une dépense importante, un seul retrait est à considérer.
  2. Si vous avez besoin d’argent pour régler vos dépenses courantes, vous pouvez demander un versement mensuel, surtout si l’argent vous brûle les doigts.
  3. Vous pouvez aussi combiner ces deux méthodes. Cependant, si vous demandez une somme importante en juin, par exemple, le solde qui reste à vous verser sera réparti sur les mois qui restent et les montants mensuels seront diminués.

PAS BESOIN D’ARGENT

Si vous n’avez pas un besoin immédiat de cet argent, mais que vous devez le retirer, quand faites-vous ce retrait et placez-vous cet argent?

QUAND?

  1. Retrait d’un compte de banque
    1. Pour le mettre dans un compte bancaire : n’importe quand.
    2. Pour le mettre dans un CPG : n’importe quand.
    3. Pour acheter des obligations :
      1. Directement : n’importe quand si c’est pour conserver.
      2. Dans des fonds communs de placement : éviter les périodes de hausses de taux, présentes ou prochaines.
    4. Pour acheter des actions :
      1. Directement : cela demande analyse et conseil.
      2. Dans des fonds communs de placement : analyse aussi, mais différente, et conseil.
  2. Retrait d’un CPG ou d’une obligation :
    1. Si c’est à maturité, comme ci-dessus.
    2. Sinon, vérifier la pénalité ou perte en capital et comparer à la prévision de gain.
  3. Vente d’actions ou de FCP d’actions : comme en 2.2 ci-dessus.

OÙ?

Impossible de répondre à cette question en 15 lignes ou moins, comme pour le « quand ». J’ai déjà consacré de multiples billets à ça, à commencer par le comment dans http://lebloguefinancier.com/avec-ou-sans-conseiller/.

Il faut connaître, comme toujours,

  1. l’ensemble de votre condition,
  2. vos objectifs,
  3. votre horizon temporel et
  4. votre tolérance au risque.

Ceci étant dit et fait, il reste à choisir les outils. En voici.

  1. Le CÉLI: le CÉLI est un outil merveilleux, même s’il ne donne pas droit à une déduction d’impôt. Par contre, les retraits ne sont pas imposables, ce qui évite de gonfler ce que vous avez à payer et peut vous permettre d’avoir droit à des crédits d’impôt par ailleurs. De plus, tout montant que vous retirez fait de la place à des contributions éventuelles. Son plus grand reproche, c’est la limite annuelle de 5500$. Par contre, les cotisations inutilisées sont cumulées. http://lebloguefinancier.com/le-celi-compte-depargne-libre-dimpot-partie-1/ et http://lebloguefinancier.com/le-celi-compte-depargne-libre-dimpot-partie-2-2/.
  2. Les fonds constitués en société : contrairement aux fonds communs de placement traditionnels constitués en fiducie, ceux-là sont regroupés à l’intérieur d’une société (compagnie). Les revenus sont considérés, majoritairement, comme des gains en capital ou des dividendes, donc imposés plus faiblement.
  3. Les fonds de série T: ils sont fiscalement intéressants car, même si vous faites des retraits, vous n’êtes pas imposés au début. On estime qu’il y a d’abord remise du capital que vous avez investi. Tous les gains sont imposables vers la fin des retraits. Comme pour le précédent, tout report d’impôt vous permet de faire des gains supplémentaires.
  4. Les contrats de rentes : ce sont des produits d’assurance qui vous garantissent une prestation mensuelle. Comme autre avantage, le capital est insaisissable par vos créanciers éventuels puisqu’il a été cédé à la compagnie d’assurance. Parmi les inconvénients, la suite de ce qu’on vient de dire, c’est qu’en cas de décès, vos héritiers n’ont droit à rien; certaines rentes offrent des  paiements garantis pendant 10 ans, contre une réduction du paiement ordinaire. Autre inconvénient: dans le contexte des bas taux actuels, la rente coûte cher ou, si vous préférez, rapporte peu. Elle pourrait coûter davantage si, selon ce qu’a laissé entendre le gouverneur de la Banque du Canada (décembre 2015), les taux devenaient négatifs.
  5. Les fonds distincts sont aussi des contrats d’assurance qui ressemblent aux fonds communs de placement (FCP). Pour un frais de gestion un peu plus élevé, ils offrent, comme les rentes, une protection contre les saisies. Ils offrent de plus l’avantage, en cas de décès, de ne pas passer par la succession. Donc, ils demeurent insaisissables même après votre décès. Ils vont aussi directement au(x) bénéficiaire(s) désigné(s), en évitant les frais liés à la succession (notaire, avocat, comptable, etc.).

Pour aller plus loin et établir votre stratégie, contactez-moi.

Billets recommandés

Laissez un commentaire