REVOIR SES FINANCES

 Dans Consommation, Épargne

Covid-19 aidant, l’économie a été largement fermée. Finis les voyages, les sorties au resto ou aux spectacles et le magasinage, sauf en ligne, qui, lui, a fortement augmenté. Dans ce contexte, plusieurs ont revu leurs finances, en urgence, surtout dans les premiers temps, sans PCU. Nécessité fait loi.

La crainte est le commencement de la sagesse, dit-on dans un autre proverbe. Toujours est-il que le taux d’épargne a fortement augmenté. Plusieurs ont redécouvert la vertu de cuisiner, entre autres le pain, ce qui a provoqué une pénurie de farine et de levure.

Après les ajustements du début, plusieurs se sont posé des questions à plus long terme sur leurs finances.

LE FONDS D’URGENCE

Ah! Si vous aviez un coussin de sécurité et que vous avez perdu votre revenu subitement, vous avez été très content.e d’en avoir constitué un, peut-être sous l’insistance de votre conseiller. Même si le plan d’urgence fédéral se voulait très rapide, ça a quand même pris quelques semaines avant de voir l’argent arriver.

Vous l’avez utilisé : fort bien. Il faut maintenant le regarnir.

Vous n’en aviez pas, vous l’avez regretté. Assurez-vous que ce seront vos derniers regrets. Commencez à vous en constituer un dès maintenant, peut-être même pendant que vous remboursez vos dettes récentes, sauf celles à taux d’intérêt élevé qu’il vaut mieux éliminer en vitesse.

ERREURS À ÉVITER, POUR LES JEUNES (ET LES AUTRES)

#1 Arrêter d’épargner pour la retraite, sauf si vous y êtes déjà (encore que si vous avez plus d’argent que pour vos besoins, ce n’est pas mauvais). Peut-être avez-vous besoin de réviser votre budget. Évidemment, si vous avez dû utiliser votre coussin d’urgence, vous avez probablement révisé aussi votre budget, au moins temporairement. Comme j’ai mentionné plus haut que le taux d’épargne a augmenté, et même sans cela, vous devriez penser consacrer un peu plus d’argent à votre épargne retraite, surtout si votre employeur ne le fait pas pour vous. Vous avez senti des difficultés, entre autres avant la PCU? À la retraite, vous aurez la PSV (pension de vieillesse), la RRQ si vous avez contribué et, si vous êtes très pauvre, le supplément de revenu garanti, mais vous préféreriez ne pas vous rendre là.

#2 Liquider vos placements. Littéralement, les vendre et mettre l’argent dans un compte d’épargne à 0%. La bourse a baissé, oui, mais Le Nasdaq, surtout, et le S&P 500 ont surpassé leur sommet d’avant le krach. Le Dow Jones et le S&P/TSX s’en rapprochent et ont remonté de près de 50% depuis leur creux; c’est nettement mieux que 0% ou 2% pour les comptes généreux.

#3 Emprunter pour investir, selon un article lu cette semaine. Avec ce qu’on vient de voir juste avant, je ne serais pas porté à dire ça, à condition d’être en bonne posture. Les chiffres donnés-ci-haut, et 70% dans le cas du Nasdaq, en 5 mois, me semblent des gains extrêmement intéressants. On dit toujours qu’il faut acheter bas et vendre haut; donc …

#4 Investir à courte vue. Se laisser impressionner par des rendements mirobolants (tout ce qui brille n’est pas or, mais si vous ne connaissez rien à l’or, sauf sa progression récente, vous devriez éviter) peut aussi être néfaste; il faut éviter d’acheter haut. Si on vous dit que certains titres ont grimpé de plus de 100% depuis janvier, c’est impressionnant, mais ce n’est peut-être pas le meilleur moment, surtout si vous n’y connaissez pas grand-chose. Personnellement, j’aime mieux me fier à des gestionnaires de fonds communs qui ont fait leurs preuves. Encore là, chacun doit investir selon son profil de risque. Par exemple, un fonds comme le Dynamique Power croissance américaine fait plus de 50% de rendement à la fin de juillet de cette année, sans compter aucun titre des GAFAM dans ses 10 investissements les plus importants, mais il a fait -14% en 2016. Pourriez-vous le supporter?

PLANIFIER SA RETRAITE

Si vous pouvez voir aussi loin, essayez d’établir vos objectifs à la retraite. Essayez de quantifier l’argent qui sera requis. Incluez les dépenses régulières, à la maison ou en résidence, selon votre espérance de vie et celle où vous serez en bonne santé en vous rappelant que l’espérance de vie, c’est la moyenne. Si vous n’avez prévu que pour cette moyenne et que vous vivez plus longtemps (5, 10 ou 15 ans), avec quel argent vivrez-vous? C’est ce qu’on appelle survivre à ses épargnes.

Une fois que vous avez estimé vos dépenses, il reste à estimer l’épargne nécessaire pour les couvrir. Même si vous parvenez à estimer parfaitement le montant, il y a quelques variables à prendre en compte. L’impôt va gruger une partie selon 2 variables. La première est votre niveau de revenu; l’impôt étant progressif, plus votre revenu est élevé, plus le fisc devrait vous en enlever. La deuxième est le(s) type(s) de vos revenus. Les revenus d’intérêt sont généralement totalement imposables. Les dividendes (revenus versés par les compagnies aux actionnaires) sont imposables à des taux variant selon leur type; c’est un peu complexe. Les gains en capital, sont le gain que vous faites sur un bien que vous vendez, en déduisant, possiblement, certaines dépenses. En gros, vous payez l’impôt sur la moitié du gain, mais la résidence familiale en est exemptée.

L’autre gros joueur de votre revenu de retraite va être la répartition d’actif, en gros, ce dans quoi vous allez mettre votre argent. Le lien de la phrase précédente vous mène à un billet de 2105 assez détaillé sur la question. Selon votre tolérance au risque (et votre capacité à en prendre), vous irez des liquidités aux actions ou un mélange des diverses catégories. Cette répartition va influencer votre rendement, mais aussi la volatilité et parfois, même, le risque. Les actions sont plus payantes, en général. Depuis le début de la pandémie, par exemple, on a vu des entreprises fermer et d’autres se placer sous la protection de la loi sur les faillites en espérant sur restructurer pour l’éviter. À l’autre extrême, les liquidités, ne produisant que peu ou pas de revenu, vous appauvrissent au vu de l’inflation. Ça nécessiterait donc un bien plus gros magot pour assurer votre retraite.

Il y a quelques autres possibilités que je mentionne sans trop développer. Si vous avez une assurance vie avec participation, vous détenez des valeurs de rachat. Vous pouvez retirer évidemment. Vous pouvez aussi emprunter sur ces valeurs de rachat. Comme ce n’est pas un revenu, vous ne payez pas d’impôt. Même chose avec votre résidence. Vous pouvez emprunter par l’intermédiaire d’une hypothèque inversée, ce que je ne conseille pas. Vous pouvez aussi simplement prendre une marge de crédit hypothécaire, plus flexible et moins chère.

CONCLUSION

Si la pandémie a eu un effet positif, c’est de favoriser l’épargne dans un budget révisé ou même, parfois, un premier budget. C’est le début d’une organisation de vos finances, le début d’un plan. C’est déjà très bien, même si vous ne voulez pas aller plus loin.

Évidemment, ce serait mieux si vous alliez plus loin. Vous pourriez planifier, la retraite, bien sûr, nous en avons parlé. Mais tout objectif peut faire l’objet d’un plan, simple ou élaboré qui vous en donnera davantage.

Vous avez besoin d’aide? Votre conseiller est là pour vous. Il peut vous aider à clarifier vos objectifs, à établir votre(vos) plan(s), à les modifier si nécessaire, à trouver les meilleurs moyens, à le respecter ou l’adapter. C’est votre meilleur allié.

450 774 4584

poitras@cgocable.ca

Billets recommandés

Laissez un commentaire