SÉCURISER LA PRÉPARATION DE SA RETRAITE

 Dans Assurances, Consommation, Épargne, Placements

SÉCURISER LA PRÉPARATION DE SA RETRAITE

« Labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée… » disait, à une époque, le duc de Sully, surintendant des finances d’Henri IV.

On pourrait paraphraser et dire que le REÉR et le CÉLI sont les mamelles dont la retraite est alimentée. Bien sûr, les mamelles peuvent être nombreuses : fonds de pension (RPA) et autres régimes de retraite (RPDB, RRI, etc.), investissements personnels en immobilier ou en entreprises.

Et pour que les mamelles soient bien gonflées, à moins d’avoir hérité, le revenu de travail est essentiel. Ainsi que le montre le graphique suivant, la première partie de la vie adulte est celle de la production de revenu par le travail alors que la deuxième est celle de la production de revenu de patrimoine et de la consommation de ce patrimoine.

Pour vous permettre de vous rendre confortablement à votre retraite et de la vivre confortablement, vous avez besoin de deux jambes. Ces deux jambes sont l’assurance invalidité, d’une part, et l’assurance maladies graves, d’autre part. Et la jambe dominante est celle de l’assurance invalidité. Du tableau qui suit, vous pouvez déduire que ces probabilités sont plus élevées chez les femmes jusqu’à environ 45 ans pour s’équivaloir par la suite. Pour évaluer votre propre risque, allez sur le site de Manuvie d’où j’ai tiré les chiffres pour ce tableau.  http://www.biensassurer.ca/evaluer-votre-risque/

                                                             Diverses probablités selon l’âge chez les non fumeurs

HOMMES FEMMES
INVALIDITÉ MALADIES DÉCÈS ÂGE INVALIDITÉ MALADIES DÉCÈS
GRAVES GRAVES
39% 27% 7% 20 45% 20% 5%
37% 27% 7% 25 43% 20% 5%
36% 27% 7% 30 41% 19% 5%
34% 26% 6% 35 39% 19% 4%
33% 26% 6% 40 35% 18% 4%
31% 24% 5% 45 31% 17% 4%
27% 23% 4% 50 26% 15% 3%
27% 23% 4% 55 26% 15% 3%
27% 23% 4% 60 26% 15% 3%

Votre deuxième jambe est moins grosse, mais néanmoins importante. C’est l’assurance maladies graves. Cette fois, ce sont les hommes qui sont le plus à risque et ils le sont dans tous les groupes d’âge.

Quant au risque de décès, il est beaucoup plus faible que les deux autres, même si, traditionnellement, il est celui qui a été le plus couvert. Il a son importance si vous laissez des dettes ou, pis, si vous avez des responsabilités familiales. Mais pour votre retraite, son impact est nul. Disons que votre risque de mourir, avant 65 ans bien sûr (vous finirez par y arriver, c’est sûr), comme fumeur, est environ 250% de votre risque si vous ne fumez pas et, même, 300% à partir de 50 ans.

Donc, si je résume, les hommes de 20 ans ont près de 2 chances sur 5 (c’est plus qu’à la loto) de devenir invalides durant leur vie active et plus d’une chance sur 4 d’avoir une maladie grave. Ces proportions tombent (pas tant que ça, quand même) à un peu plus d’une sur 4 pour l’invalidité et un peu moins d’une sur 4 (ça ne baisse vraiment pas beaucoup), avant 65 ans. Pensez-y : à 50, 55 ou même 60 ans, vos risques sont environ d’une sur 4 de devenir invalide ou de contracter une maladie grave avant 65 ans.

Et pour les femmes de 20 ans, le risque d’invalidité avant 65 ans, se situe entre 2/5 et 1/2. Pour les maladies graves, le risque est d’une sur 5 qui sera touchée. Comme pour les hommes, les chiffres de 50 à 65 ans sont stables : une sur 4 sera touchée par l’invalidité et une sur 6 par une maladie grave.

Maintenant, qu’arrive-t-il si votre numéro sort, dans l’un ou l’autre cas? Vous ne pouvez pas arrêter de passer à l’épicerie. Vous ne pouvez pas cesser de payer votre loyer ou hypothèque. Les paiements d’auto doivent se faire. Vous n’allez pas couper l’électricité, le cable, internet ni votre cellulaire. Les enfants vont toujours avoir besoin de vêtements et de participer à des activités. Ais-je besoin de continuer? Si vous n’êtes pas couvert(e) par une assurance, comment ferez-vous face à vos obligations? En pigeant dans vos économies (compte de banque, REÉR, CÉLI, etc.) ou par un emprunt? Et si vous ne travaillez pas, surtout si le pronostic n’est pas trop bon, qui voudra vous prêter? Et comment couvrirez-vous les dépenses supplémentaires en médicaments, soins, appareils et aides?

L’assurance est là pour vous aider en cas…

Comme conseiller, mon rôle est de vous aider à trouver celle qui convient le mieux à vos besoins et à votre capacité de payer. Contactez-moi.

Billets recommandés

Laissez un commentaire